New-York : rêve américain pour les riches (et cauchemar pour tous les autres…)

Intro :

New-York, sa Statue de la Liberté, sa bourse de Wall Street
Une ville où les riches et très très riches prospèrent, à l’excès, tandis que les classes populaires et classes moyennes sont de plus en plus exclues.
Une ségrégation économique, sociale et spatiale qui rappelle les pires heures de l’Amérique du capitalisme sauvage de la fin du 19ème et début du 20ème siècle.

Le rêve américain… ou plutôt le cauchemar capitaliste ?
New York, ville de la liberté économique et des inégalités sociales…

Revue de presse :

  • « À New York, les plus pauvres ne disparaissent pas, ils sont dégagés »
    Reportage de Jessica Le Masurier et Emmanuel Saint-Martin, france24.com, le 8 novembre 2013.
    L’ex-maire de New York, Michael Bloomberg, laisse derrière lui une ville très inégalitaire. Les plus pauvres sont peu à peu chassés, même dans les secteurs qui leur étaient jusqu’ici accessibles. Reportage dans le quartier de Harlem à Manhattan.
    Le nouveau maire de New York, Bill de Blasio, qui entrera officiellement en fonction en janvier prochain, a promis de s’attaquer à la crise des logements et aux prix de l’immobilier, dans une ville où les plus modestes peinent à payer leur loyer, même dans les quartiers où ils pouvaient encore se le permettre.
    (Lire la suite…)
    Source : www.france24.com/fr/20131108-embourgeoisement-new-york-plus-modestes-bill-de-blasio-etats-unis
  • « New York : capitale mondiale des inégalités »
    France Inter, Interception, par Alain Le Gouguec, Pascal Dervieux et Lionel Thompson
    Reportage d’Aurélien Colly, le 27 juillet 2014 (rediffusion du 2 mars 2014)
    New-York est une ville fascinante. Une ville qui nous est tous familière grâce au cinéma. C’est la capitale de la finance, des milliardaires, une ville riche et dynamique, qui concurrence désormais la Silicon Valley sur le terrain des entreprises liées à internet et aux nouvelles technologies.
    L’ex-maire et homme d’affaire Michael Bloomberg n’a pas ménagé ses efforts, pendant ses 12 ans de mandat, pour préserver cette prospérité. Sous son administration, New-York a su se remettre des attentats du 11 septembre 2001 et du krach financier de 2008.
    C’est pourtant un homme à l’exact opposé de Bloomberg qui a été élu maire de la ville à une très large majorité en novembre dernier : Bill De Blasio, un démocrate originaire de Brooklyn, très marqué à gauche au regard des critères politiques américains. Il a fait campagne sur la fracture sociale qui scinde la ville en deux. Car New York, c’est aussi la ville de la pauvreté et de l’exclusion. Jamais les inégalités n’y ont été aussi fortes depuis la crise de 1929.
    Aurélien Colly, correspondant de Radio France à New York, traverse la ville le long de la « Green line », la ligne de métro qui part de Brooklyn et remonte vers le Bronx en passant par Manhattan, et nous fait découvrir un New York parfois loin des clichés touristiques.
    (Ecouter l’émission…)
    Source : www.franceinter.fr/emission-interception-new-york-capitale-mondiale-des-inegalites-0
  • États-Unis : « Du luxe à la misère en quatre stations de métro »
    Par Paul Harris, The Observer, le 11 octobre 2011
    Dans des quartiers new-yorkais mitoyens, les conditions de vie radicalement différentes sont un exemple criant de la montée des inégalités aux Etats-Unis, où le fossé ne cesse de se creuser entre les riches et les pauvres, constate The Observer.
    (Lire la suite…)
    Source : www.courrierinternational.com/article/2011/10/11/du-luxe-a-la-misere-en-quatre-stations-de-metro
  • « USA : un Américain sur 7 sous le seuil de pauvreté »
    ARTE Journal 21 septembre 2010

    Reportage. 15 millions de chômeurs, 1,4 million de personnes en fin de droits et surtout : 1 Américain sur 7 qui vit sous le seuil de pauvreté des chiffres officiels alarmants qui viennent d’être publiés par le gouvernement américain. La classe moyenne américaine est touchée de plein fouet par la récession.
    Non seulement ceux qui gagnaient bien leur vie se retrouvent désormais au chômage mais d’autres n’ont plus le droit de toucher des allocations parce qu’ils ont dépassé le seuil de 99 semaines sans emploi. Et aujourd’hui aux États-Unis, il n’est pas rare de voir des Américains dormir dans leur voiture parce qu’ils ont tout perdu.
    Pour ARTE Journal, Renaud Dumesnil et Claire Derville sont allés à leur rencontre dans le célèbre quartier du Queens, à New York.
    (Lire la suite…)
    Source : www.arte.tv/fr/3438126.htm
Publicités
Cet article, publié dans Libéralisme et inégalités, New-York, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.