Portugal : condamné à 22 ans de misère, « en moyenne »…

Intro :

Ah ! L’Union européenne… !
Ce grand projet destiné officiellement à reconstruire l’Europe ravagée, affamée, divisée pour lutter contre la misère et éviter de nouveaux conflits dans l’avenir, clamaient les Jean Monnet, Robert Schuman, Paul-Henri Spaak et le choeur des politiques tout au long de ces dernières décennies.

Au Portugal, après la dictature de l’Estado Novo de António de Oliveira Salazar de 1933 à avril 1974 avec la Révolution des oeillets, les Portugais découvrent un autre régime totalitaire, celui du capitalisme néolibéral.
Un régime mis en oeuvre par l’Union européenne elle-même avec l’appui logistique, idéologique, du Fonds monétaire international (FMI) qui prêchent l’austérité et encore l’austérité (pour les petits gens).

Les Etats européens sont plus que jamais sous la coupe des créanciers internationaux, notamment transatlantiques.

Merci qui ? Merci l’Union européenne, la BCE, le FMI… !
« Plus jamais ça ! qu’ils disaient… ? »

 

Revue de presse :

  • Portugal. Une « sortie propre » de la tutelle financière
    Par Publico, le 5 mai 2014
    « La sortie propre’ de Passos n’éloigne pas les risques ni la vigilance des créanciers »,
    titre en une le quotidien portugais. Ce dimanche soir, le Premier ministre portugais a annoncé, lors d’une allocution télévisée, que le pays, « sur le chemin de la stabilité financière et de la compétitivité », pourrait se passer de la tutelle financière de la troïka (UE, BCE et FMI).
    Il a préconisé une « sortie propre », c’est-à-dire sans crédit de précaution. Néanmoins, le chef du gouvernement avertit que le « chemin est encore long » et que « nous ne pourrons pas, d’un jour à l’autre, jouir des bénéfices d’une totale autonomie ». En effet, le journal portugais rappelle que les créanciers internationaux vont maintenir leur vigilance et que le pays devra honorer ses dettes pendant – en moyenne – 22 longues années. Deux tiers des aides financières ont été alimentées par des fonds européens (EFSM et EFSF] et un tiers par le FMI.
    (Lire la suite…)
    Source : www.courrierinternational.com/une/2014/05/05/une-sortie-propre-de-la-tutelle-financiere
  • Portugal. Le gouvernement présente un budget draconien
    Par Publico et Courrier international, le 14 octobre 2011
    Tous les quotidiens portugais en font leur une : le gouvernement a présenté le 13 octobre un budget d’une extrême rigueur pour 2012, afin de faire face à une « situation d’urgence nationale », comme l’a qualifiée le Premier ministre, Pedro Passos Coelho, dans une allocution télévisée. Selon les calculs du journal, près de 1 million de fonctionnaires et de retraités seront affectés par la suppression des treizième et quatorzième mois. En échange d’un plan de sauvetage de 78 milliards d’euros sur trois ans, Lisbonne s’est engagé auprès du FMI et de ses partenaires européens à adopter des mesures d’austérité. Le budget sera soumis au parlement le 17 octobre.
    Source : www.courrierinternational.com/breve/2011/10/14/le-gouvernement-presente-un-budget-draconien
  • Portugal. Plan d’aide contre mesures d’austérité
    Par Jornal de Notícias, le 4 mai 2011
    « Le FMI maintient les salaires de la fonction publique, ainsi que les aides sociales accordées à Noël et au moment des vacances », titre, soulagé, le quotidien de Porto. Le 3 mai, le Premier ministre José Socrates a scellé un accord avec le FMI, la Commission européenne et la Banque centrale européenne (BCE). Ecrasé par sa dette et par la pression des marchés, le Portugal bénéficiera d’une aide de 78 milliards d’euros sur trois ans. Mais, en contrepartie, il devra consentir à un plan d’austérité qui reste à préciser.
    Source : www.courrierinternational.com/breve/2011/05/04/plan-d-aide-contre-mesures-d-austerite
  • Crise de la dette : Le Portugal est parti pour être la prochaine Grèce
    Par Teresa de Sousa, Público Lisbonne, le 23 mars 2011
    Mis en minorité par le Parlement sur son nouveau plan d’austérité, le Premier ministre José Sócrates a démissionné à la veille du Conseil européen. Alors que des élections législatives se profilent à l’horizon, le Portugal s’apprête à connaître un sort similaire à celui de la Grèce, s’inquiète une éditorialiste de Público.
    (Lire la suite…)
    Source : www.voxeurop.eu/fr/content/article/566561-le-portugal-est-parti-pour-etre-la-prochaine-grece
Publicités
Cet article, publié dans Portugal, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.