L’Allemagne : un « modèle » à suivre… ?

Intro :

En mars 2003, le chancelier allemand Gerhard Schröder annonçait au Budenstag des réformes structurelles et des coupes budgétaires dans les dépenses de l’Etat afin d’encourager « l’initiative privée ».
La coalition gouvernementale rouge-verte, composée du SPD (Parti social-démocrate d’Allemagne) et du parti Les Verts, adoptait un ensemble de réformes libérales connu sous le nom d’Agenda 2010, modifiant la politique de l’Etat-Providence en Allemagne.

Ces réformes structurelles, tant réclamées et acclamées par le grand patronat et autres idéologues d’un capitalisme total, étaient composées des lois Hartz 1, 2, 3 et 4. La plus importante et la plus impopulaire étant la loi Hartz 4.

Quatre lois portant le nom de leur initiateur, Peter Hartz, dirigeant industriel allemand et ancien directeur du personnel de Volkswagen (Hartz, démissionnaire en 2005 suite à une affaire de corruption et condamné en 2007 à deux ans de prison avec sursis pour avoir versé 2,6M€ au représentant du comité d’entreprise de VW pour payer des prostituées et des voyages exotiques), auteur d’un rapport qui a servi au chancelier social-démocrate Gerhard Schröder pour remanier le marché du travail.

Dix ans après, ces réformes auraient, selon certains, permis à l’Allemagne de sortir de la crise en luttant contre le chômage, et selon d’autres, auraient augmenté les inégalités sociales et la pauvreté.

Revue de presse :

  • [rajout] Allemagne : 12,5 millions de personnes sous le seuil de pauvreté, un record
    Par Jean Michel Gradt , LesEchos.fr, le 20 février 2015
    La pauvreté progresse en Allemagne. Selon PW, le nouveau salaire minimum instauré début 2015, ne permettra pas de changer la donne. – SIPA
    La pauvreté a progressé de 15 % en 2013 pour toucher 12,5 millions de personnes, un record, indique l’étude publiée par la fédération d’aide sociale Paritätischer Wohlfahrtsverband.

    Vu de France, ce chiffre pourrait sembler paradoxal. Et pourtant. Outre-Rhin 12,5 millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté en 2013, un record depuis la réunification du pays en 1990, selon l’étude publiée hier par Paritätischer Wohlfahrtsverband (PW), une fédération qui regroupe quelque 10.000 associations actives dans le domaine de l’aide sociale et de la santé. Cette année là, la pauvreté a bondi de 15 % à 15,5 % par rapport à 2012, année où les chiffres avaient déjà surpris .

    « Depuis 2006, on observe clairement une dangereuse tendance d’augmentation à la pauvreté (…) La pauvreté en Allemagne n’a jamais été aussi élevée et la fragmentation régionale n’a jamais été aussi sévère qu’aujourd’hui », a déclaré au site Euractiv Allemagne Ulrich Schneider, le directeur général de Paritätischer Gesamtverband (PG). Une pierre dans le jardin du gouvernement qui assure que l’écart entre riches et pauvres diminue. Une affirmation « tout simplement fausse » pour le responsable de PG
    (Lire la suite…)
    Source : www.lesechos.fr/monde/europe/0204174006166-allemagne-125-millions-de-personnes-sous-le-seuil-de-pauvrete-un-record-1095316.php#

  • « Concurrence à mort : quand des économistes allemands reconnaissent que personne d’autre en Europe ne peut reproduire les réformes Hartz sous peine de détruire le système »
    Par Nicolas Goetzmann, Atlantico.fr, le 10 février 2014
    Érigées en symbole de la compétitivité retrouvée, les réformes engagéesparPeterHartz en 2003 en Allemagne ne seraient pas la recettemiracle annoncée, selon une récente étude intitulée « L’expérience allemande ne permet pas de donner un quelconque support à des recommandations européennes ».10 ans après leur application, les réformes Hartz font encore parler d’elles.
    Symbole de la compétitivité retrouvée pour une pléiade de commentateurs germanophiles, il semblerait finalement que ces réformes n’aient à peu près rien à voir avec le statut « superstar » de la première économie européenne.

    Une récente étude produite par les économistes allemands, Christian Dustmann, Bernd Fitzenberger, Uta Schönberg et Alexandra Spitz-Oener offre une conclusion différente à la légende Hartz.
    (…)
    La thèse développée par les économistes est que la baisse des couts salariaux allemands était déjà largement à l’œuvre avant même toute réforme Hartz, et résultaient principalement de la réunification allemande, qui aura imposé une pression considérable sur les salaires.

    Selon les auteurs, une telle baisse a également été rendue possible par le mode de relation des partenaires sociaux en Allemagne.
    (…)
    Les auteurs font ici remarquer que les négociations salariales se sont progressivement mais rapidement détournées des échelons régionaux ou de branches, pour se fixer à un niveau quasiment individuel.

    Ainsi la pression exercée par la réunification et la concurrence de l’Est sont le fait générateur, le processus de négociation salarial est le moyen, et le résultat est une baisse progressive des coûts du travail en Allemagne.
    (…)
    Une modération salariale allemande qui se traduit par une totale stabilité des salaires réels depuis 20 ans, alors même que le niveau de PIB réel par habitant progressait de façon importante. Ce qui traduit une importante croissance des inégalités.
    (…)
    Pour conclure et sur un ton assez clair « L’expérience allemande ne permet pas de donner un quelconque support à des recommandations européennes basées sur des réformes du type Hartz ».

    Mais le mythe continue. C’est ainsi que François Hollande recevait leur auteur à l’Elysée, Peter Hartz, au mois de décembre dernier et ce juste avant le supposé virage « social-démocrate » du Président.
    Source : www.atlantico.fr/decryptage/concurrence-mort-quand-economistes-allemands-reconnaissent-que-personne-autre-en-europe-ne-peut-reproduire-reformes-hartz-peine-976430.html?page=0,0

  • Le « modèle allemand » ou comment s’obstiner dans l’erreur
    Par Pierre Rimbert, Le Monde diplomatique, dimanche 5 mai 2013
    (Lire la suite…)
    Source : www.monde-diplomatique.fr/carnet/2013-05-05-allemagne
Publicités
Cet article, publié dans Allemagne, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.