[Reprise] Humour critique avec « Die Anstalt » sur la ZDF

Documents :

 

Note M&Cies :

Un exemple à suivre en France – on peut toujours rêver – que celui des humoristes critiques et satiriques de l’émission Die Anstalt de la ZDF (2ème chaîne allemande), et un grand merci au site Les-Crises.fr d’Olivier Berruyer et aux traducteurs qui rendent accessible ces informations à un public plus large.
Quand l’humour dépasse le simple divertissement et devient un outil de réflexion et d’analyse pour lutter contre la manipulation politique et médiatique.

Un peuple allemand qui sait faire preuve d’un sens critique salutaire, car victime lui aussi, en un temps pas si lointain, d’une propagande haineuse qui servait les intérêts d’une classe politique et industrielle raciste, guerrière et meurtrière.

En effet, ces deux sketchs de Die Anstalt mettent en lumière le bourrage de crane et l’enfumage quotidien fabriqués et diffusés par les médias globalisés à propos, ici, du conflit en Ukraine et des interventions des Etats-Unis au Proche-Orient depuis plusieurs décennies.

Des manoeuvres opportunistes, et souvent anti-démocratiques, de la part des dirigeants américains qui ont débouché au Proche-Orient sur la montée en puissance d’islamistes ultra, tour à tour soutiens des Etats-Unis (en Afghanistan pour déstabiliser l’URSS) et ennemis utiles (Le Choc des civilisations, bible des néoconservateurs américains).
Tout ceci en fonction des intérêts géostratégiques de la première puissance mondiale prête à tout pour le rester, intérêts notamment liés à la problématique cruciale du pétrole.

Pour ce qui est de l’Ukraine et de son voisin russe, que les choses soient claires, Vladimir Poutine n’a rien d’un grand démocrate dans son propre pays, c’est entendu. Mais l’avantage avec ce dernier c’est que cela se voit.
Alors que les dirigeants américains (démocrates comme républicains) savent qu’ils doivent soigner leur image médiatique en se présentant comme les défenseurs, perpétuels et auto-proclamés, de la « liberté » (liberté économique, il faudrait préciser) et de la « démocratie » (valeur à nuancer très fortement pourtant, depuis notamment le fameux rapport en 1975 de la Commission Trilatérale intitulé « La Crise de la démocratie » (1), comme quoi trop de démocratie nuirait à la démocratie…).

Cependant, aucun anti-américanisme généralisé ici. Car le peuple américain (classes populaires et classes moyennes confondues désormais) est aussi la victime directe de cette politique économie globalisée du fric-à-tout-prix-pour-quelques-uns, qui débouche inéluctablement sur une régression sociale tellement criante désormais qu’elle est dénoncée ouvertement par certains parlementaires américains eux-mêmes, tel le sénateur apparenté démocrate Bernard « Bernie » Sanders lors de son discours à la Chambre du Sénat américain, le 10 décembre 2010.

 

(1) Michel Crozier, Samuel Huntington et Joji Watanuki, The Crisis of Democracy : Report on the Governability of Democracies to the Trilateral Commission, New York University Press, 1975.

Publicités
Cet article, publié dans Allemagne, Bonnes nouvelles, Humour (noir), Pétrole, Ukraine, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.