Susan George repart au combat contre les transnationales : « Les Usurpateurs »

Les Usurpateurs_Susan George

Intro :

Avec son dernier ouvrage Les usurpateurs, comment les entreprises transnationales prennent le pouvoir, Susan George met en lumière, un peu plus encore, la domination croissante, la mainmise des firmes multinationales, des conseils d’administration de ces entreprises transnationales toujours plus puissantes et influentes sur la vie économique et surtout politique, contre les Etats et l’intérêt général des citoyens.

Susan George, une grande dame, résistante de la première heure avec quelques autres, pour dénoncer le capitalisme totalitaire, la dictature de la cupidité (greed is good) des grands actionnaires des grandes compagnies, ainsi que la soumission, la complicité des dirigeants politiques dans ce processus de marchandisation du monde et de l’environnement.

Une offensive néolibérale déclenchée voici plus de 40 ans au milieu des années 1970, et un combat citoyen qui ne fait que commencer, pour défendre et sauver les conquêtes sociales obtenues de haute lutte au cours du 20ème siècle (éducation publique, santé et sécurité sociale, logement social, systèmes de retraite pour tous…).


Livre
:


Revue de presse
 :

  • Haro sur le « pouvoir » des entreprises transnationales
    Par Margherita Nasi, Le Monde, le 3 novembre 2014
    A bord de l’Air Force One, Bill Clinton lit un ouvrage sur les pouvoirs accrus des entreprises trasnationales. Lorsqu’un journaliste l’interroge sur cette question, sa réponse est étonnante : « Que voulez-vous que je fasse ? Je ne suis que le président des Etats-Unis. Je ne peux rien faire à propos des grandes entreprises ». Susan George, figure historique du mouvement altermondialiste, prend cette anecdote au pied de la lettre. Dans Les Usurpateurs, la présidente d’honneur d’Attac-France se penche sur cette « forme sournoise de pouvoir illégitime tellement difficile à identifier qu’elle n’a même pas encore de nom ». Après avoir dénoncé les échecs la révolution verte dans le best-seller Comment meurt l’autre moitié du monde (Robert Laffont, 1978), l’infatigable miliante s’attaque à la « corporatocratie », incarnée par des entreprises transnationales (ETN) qui promeuvent dans l’ombre une doctrine néo-libérale et s’arrogent des pouvoirs jadis réservés aux élus.
    (Lire la suite…)
    Source : www.lemonde.fr/emploi/article/2014/11/03/haro-sur-le-pouvoir-des-entreprises-transnationales_4517303_1698637.html
  • Un jour dans le monde
    Par Nicolas Demorand, France Inter, le 31 octobre 2014
    (…)
    [Extrait] :
    Invitée, Susan George
    Lobbyistes au service d’une entreprise ou d’un secteur industriel, PDG de transnationales dont le chiffre d’affaires est supérieur au PIB de plusieurs des pays dans lesquels elles sont implantées, instances quasi-étatiques dont les réseaux tentaculaires se déploient bien au-delà des frontières nationales : toute une cohorte d’individus —qui n’ont pas été élus, ne rendent de comptes à personne et ont pour seul objectif d’amasser des bénéfices– est en train de prendre le pouvoir et d’orienter en leur faveur des décisions politiques majeures, qu’il s’agisse de santé publique, d’agroalimentaire, d’impôts, de finance ou de commerce….
    (Lire/Ecouter la suite…)
    Source : www.franceinter.fr/emission-un-jour-dans-le-monde-les-usurpateurs-avec-susan-george
Publicités
Cet article, publié dans Cercles d'influence, Solidarités & résistances, Traité USA-UE (TTIP), est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.