Europoly : liquidation des biens publics pour spéculateurs privés

Intro :

Le quotidien allemand Der Tagesspiegel a mis en ligne depuis ce mois de novembre Europoly, une publication multimédia qui analyse les effets et les grands gagnants des privatisations massives auxquelles sont contraints de se plier les pays d’Europe frappés par la crise, plus particulièrement le Portugal et la Grèce.

Europoly évoque notamment dans ce dernier pays le projet Hellinikon qui consiste à implanter un ensemble de résidences et de parcs d’activités sur le terrain de l’ancien aéroport d’Athènes, vendu en avril dernier 915 millions d’euros à une société grecque Lamda Development. Une somme bien en dessous de la valeur réelle semble-t-il.
Décidément de bonnes affaires à faire en Europe ces dernières années, pour le plus grand bonheur des spéculateurs privés et le plus grand malheur des Etats et des citoyens qui sont dépouillés de leur patrimoine.

Qu’elle semble déjà loin l’histoire, servie et resservie, d’un projet d’Union européenne pacifiée, soi-disant construite depuis l’après-guerre dans l’esprit du « Plus jamais ça ! Plus jamais les horreurs de la guerre et son cortège de malheurs ! », la belle promesse – qui, il est vrai, n’engageait que ceux qui croyaient les beaux parleurs politiques -, de paix entre les nations et les peuples, etc., etc…
Au final, les citoyens européens de la plupart des pays concernés sont en situation de guerre économique, de désastre social et sanitaire.

Sans oublier le projet d’accord de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Union européenne en négociation depuis juin 2013 qui, s’il va à son terme, va définitivement achever de placer les pays européens sous l’empire des intérêts des puissantes et prédatrices firmes privées, notamment américaines.

Revue de presse :

  • Europoly
    Der Tagesspiegel
    , novembre 2014
    [Traduction] : Privatisation sous la Troïka – Depuis le début de la crise de la zone euro, les pays doivent procéder à de vastes privatisations en échange des prêts de sauvetage de la troïka. Au Portugal et en Grèce en particulier, les oligarques, les grandes entreprises et les investisseurs font des achats bon marché, dans l’espoir d’énormes profits.
    Ainsi commence un gigantesque jeu de Monopoly. Mais il y a une différence cruciale pour le jeu de plateau de la famille: les règles de Europoly affirment déjà qui va gagner et qui va perdre. Un manuel d’instruction.
    (Lire/visionner la suite…)
    Source : http://europoly.tagesspiegel.de/english/
  • Grèce. Allons-nous aussi privatiser l’Acropole ?
    Par Nikos Xydakis, I Kathimerini, le 26 mars 2014
    Sous la pression de la troïka,l’Etat grec accélère le processus de vente des actifs publics pour rembourser ses dettes colossales. La mise en vente récente de biens dans les quartiers qui entourent l’Acropole est symbolique de la faillite du pays, regrette le chroniqueur.L’inclusion récente de dix-neuf biens appartenant au ministère de la Culture dans le porte feuille du Taiped, le fonds qui supervise la vente et la privatisation des actifs publics, s’inscrit manifestement dans une nouvelle politique d’accélération des ventes destinée à générer des liquidités et rembourser les dettes du pays à temps.C’est la même logique d’opportunisme qui a vu le vaste site d’Ellinikon, l’ancien aéroport international d’Athènes, sur la côte sud, être retiré à l’organisation qui le gérait et confié lui aussi au Taiped, lequel est en train de s’empresser de le céder au seul acquéreur à s’être déclaré intéressé.La précipitation avec laquelle ces biens sont vendus, sans la moindre stratégie commune entre l’Etat et les investisseurs quant à leur mise à prix, soulève de sérieuses questions sur leur véritable valeur. On se demande si ces biens ne sont pas délibérément vendus à bas prix pour accélérer le processus de privatisation.Les bâtiments de Plaka, le centre historique d’Athènes, qui ont été confiés au Taiped, soulèvent d’autres questions, la plus importante étant de savoir si le gouvernement n’est pas en train de vendre la capitale nationale et historique du pays à découvert et pour servir des intérêts bien précis.
    (Lire la suite…)
    Source : www.courrierinternational.com/article/2014/03/26/allons-nous-aussi-privatiser-l-acropole
  • Protection des investisseurs
    Après la crise financière, le Sud de l’Europe face à de nouveaux « fonds vautours » ?
    Par Multinationales.org, le 25 mars 2014
    Alors que les turbulences financières au sein de l’Union européenne commencent à s’apaiser et que les citoyens du continent subissent déjà les politiques d’austérité imposées à leurs pays, une nouvelle menace se profile à l’horizon. Selon le Transnational Institute et le Corporate Europe Observatory, certains acteurs financiers cherchent désormais à tirer profit des traités d’investissement pour obtenir des centaines de millions d’euros de « compensation ». À cette fin, ils n’hésitent pas à poursuivre les États du Sud de l’Europe devant des juridictions commerciales opaques chargées d’arbitrer les litiges entre gouvernements et investisseurs.
    (Lire la suite…)
    Source : http://multinationales.org/Apres-la-crise-financiere-le-Sud
  • Profiting from crisis – How corporations and lawyers are scavenging profits from Europe’s crisis countries
    By Corporate Europe Observatory (CEO), March 10th 2014
    Since the economic crisis hit Europe, international investors have begun suing EU countries struggling under austerity and recession for a loss of expected profits, using international trade and investment agreements. This is revealed by a new report released today by the Transnational Institute and Corporate Europe Observatory. The investors – and the lawyers involved – are scavenging for profits amidst crisis-hit nations, providing a salutary warning of the potential high costsof the proposed trade deal between the US and the EU, which start its fourth round of negotiations today in Brussels.
    Profiting from Crisis is a story about how corporations, backed by lawyers, are using international investment agreements to scavenge for profits by suing governments from Europe’s crisis countries. It shows how the global investment regime thrives on economic crises, but is very uneven in who it benefits. While speculators making risky investments are protected, ordinary people have no such protection and – through harsh austerity policies – are being stripped of basic social rights.
    Download the full report
    Read the press release
    And read the executive summary here (also available in German, Spanish and Greek)
    (Lire la suite…)
    Source : http://corporateeurope.org/eu-crisis/2014/03/profiting-crisis-how-corporations-and-lawyers-are-scavenging-profits-europe-crisis
Publicités
Cet article, publié dans Grèce, Portugal, Traité USA-UE (TTIP), est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.