Le Portugal n’en finit plus de brader ses biens publics

Portugal_Non aux privatisations !

Portugal_Non aux privatisations !

Intro :

Même scénario au Portugal que dans l’ensemble des autres pays européens frappés par les politiques dictatoriales d’austérité dirigées d’une main de fer par la Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et même désormais le Fonds monétaire international (FMI)… : sous prétexte de réformes nécessaires, d’ajustements structurels, de choc de compétitivité, les Etats sont sommés par les marchés financiers et autres agences de notation financière de libéraliser, de privatiser.
Et les responsables politiques de ces Etats s’exécutent comme de bons petits soldats obéissants aux ordres, tentant d’expliquer pour se justifier qu’il n’y a pas d’autres issues, pas d’autres alternatives.
Si le patrimoine, les biens publics et les peuples sont sacrifiés sur l’autel de l’austérité, les spéculateurs et autres prédateurs sabrent le champagne, jamais repus de dividendes.

L’objectif  de ces politiques d’austérité ?
Le but de ces politiques austéritaires est de refaire basculer dans le camp du secteur privé la totalité des ressources et des biens publics qui échappaient encore à la sphère du marché.
Acquérir des biens et services publics, de surcroît à prix bradés (parfois seulement 10% de la valeur estimée !), pour permettre aux propriétaires des grandes compagnies siégeant dans les conseils d’administration de dégager des profits toujours plus gigantesques pour leur seul bénéfice.
Autre intérêt de ces politiques criminelles pour les peuples, celui d’affaiblir toujours davantage les Etats pour permettre aux tenants de l’idéologie du marché de reprendre l’ascendant économique et politique sur l’organisation des sociétés.
Un processus de reprise en main du domaine public par le secteur privé, engagé dès la fin de la seconde guerre mondiale, notamment au sein de cénacles présentés comme de simples cercles de réflexion soi-disant sans influence politique (Société du Mont Pèlerin en 1947, Groupe de Bilderberg en 1954, Commission Trilatérale en 1973…).

Etape, parmi d’autres, de cette offensive du privé sur le public, avec ces privatisations mises en oeuvre notamment grâce au soutien idéologique et à l’appui logistique du FMI, de la Banque mondiale, de la BCE.
Sans oublier la création même de l’Union européenne, soi-disant destinée à protéger les peuples des conflits passés (le fameux « Plus jamais ça… »), mais des peuples qui sont mis à genoux, culpabilisés, humiliés, afin de mieux les priver de leurs fragiles protections sociales, de leurs biens communs construits par le travail et les lutes des générations passées.

Et la France dans tout ça ?
Il suffit d’aller consulter le site gouvernemental des cessions immobilières du patrimoine de l’Etat pour constater que le même processus est en marche, mais de manière un peu plus insidieuse, pour l’instant.
Plus visible, la privatisation en cours des aéroports de province. Notamment avec la privatisation – partielle pour le moment -,  de l’aéroport de Toulouse-Blagnac (49,99% des parts du capital)  à un consortium chinois. Cession assortie d’une option de vente pour le solde… D’autres aéroports sont déjà sur la liste (Nice, Lyon…).

Face à cette attaque en règle des classes possédantes, les peuples des pays ciblés doivent privilégier l’entraide et la solidarité pour se relever et faire face.


Revue de presse
:

  • Portugal : grève contre la privatisation des transports
    Par Libération, le 25 septembre 2014
    Le métro de Lisbonne n’a pas ouvert ses portes, jeudi, en raison d’une grève de vingt-quatre heures des salariés qui s’opposent à la privatisation de la gestion de cette entreprise publique. Le gouvernement de centre droit assure que le passage dans le privé de la gestion des transports en commun de Lisbonne et Porto, puis celle du réseau ferroviaire national, permettra d’économiser 85 millions d’euros par an sur le budget de l’Etat. Sous assistance financière internationale jusqu’en mai, le Portugal a mis en œuvre un vaste programme de privatisations qui a rapporté 9,2 milliards d’euros depuis 2011. Ce chiffre ne comprend pas la vente, conclue la semaine dernière pour près de 150 millions d’euros, d’une holding spécialisée dans la collecte et le traitement de déchets ménagers.
    Source : www.liberation.fr/economie/2014/09/25/portugal-greve-contre-la-privatisation-des-transports_1108620
  • Résistance contre le grand bradage des entreprises publiques au Portugal : la privatisation du secteur aérien mise en échec
    Par Solidarité Internationale PCF, décembre 2013
    Dans un pays appauvri par la casse de son maigre appareil productif industriel en vingt ans d’intégration européenne, l’UE et le FMI orchestrent désormais la vente des « bijoux de la couronne » : les grandes entreprises publiques rentables bradées aux investisseurs étrangers.
    A Lisbonne, tout est à vendre : déjà acté pour l’électricité, le gaz, l’heure est venue désormais pour les aéroports, le transport aérien, le chemin de fer, la poste ou encore la Caisse des dépôts.
    Obéissant aux diktats de la Troïka, le gouvernement portugais s’apprête à vendre les maigres ressources qu’il lui restait : des entreprises publiques pour certaines très rentables, toutes stratégiques pour le développement et l’indépendance du pays.
    Les investisseurs, venant des pays capitalistes occidentaux ou des pays émergents, ne s’y trompent pas et affluent pour participer au hold-up organisé par l’UE et le gouvernement portugais.
    (Lire la suite…)
    Source : www.solidarite-internationale-pcf.fr/article-resistance-contre-le-grand-bradage-des-entreprises-publiques-au-portugal-la-privatisation-du-secte-114066992.html
  • Portugal : les salariés de la poste se mobilisent contre la privatisation
    Par Euronews, le 29 novembre 2013
    (Lire la suite…)
    Source : h ttp://fr.euronews.com/2013/11/29/portugal-les-salaries-de-la-poste-se-mobilisent-contre-la-privatisation/
  • Portugal. Touche pas à ma poste !
    Par Daniel Oliveira, Expresso et Courrier International, le 13 juin 2013
    La privatisation des services postaux, prévue pour l’automne, est une absurdité économique, estime un chroniqueur classé à gauche.
    La façon dont la CTT [Correios, Telégrafos e Telefones, la poste portugaise] procède aux fermetures des bureaux de poste, en transférant leurs missions à des fleuristes, des épiciers ou des mairies, du jour au lendemain et sans en avertir les usagers, est indigne d’une entreprise publique.
    Mais cela correspond à une culture de lâcheté et de mépris à l’égard des citoyens, que ce gouvernement promeut à tous les niveaux de l’Etat. Il est évident que ces décisions sont liées au processus de privatisation de la CTT [prévue pour l’automne]. L’idée est de « réduire les passifs et de valoriser les actifs », selon un député de la majorité.
    (Lire la suite…)
    Source : www.courrierinternational.com/article/2013/06/13/touche-pas-a-ma-poste
  • Le Portugal reporte la privatisation de son audiovisuel public
    Par Télérama.fr, le 28 janvier 2013
    Le gouvernement portugais a finalement décidé de reporter la privatisation d’une partie de son groupe audiovisuel public RTP (Rádio e Televisão de Portugal).
    Ce projet était à l’étude dans le cadre des mesures d’économies prévues dans son plan d’aide international, a déclaré jeudi 24 janvier Miguel Relvas, le ministre des relations avec le Parlement portugais en charge du dossier, rapporte l’AFP.
    « Nous attendons un meilleur moment pour le faire », a-t-il notamment déclaré, faisant allusion au contexte économique peu favorable, notamment en raison d’une forte baisse des recettes publicitaires dans l’audiovisuel ces derniers mois.
    Le projet de privatisation est toutefois maintenu, a-t-il précisé.
    (Lire la suite…)
    Source : http://television.telerama.fr/television/le-portugal-reporte-la-privatisation-de-son-audiovisuel-public,92626.php
  • Le Portugal liquide ses entreprises publiques
    Par Gaëlle Laleix , RFI, le 28 décembre 2012
    Le Portugal a cédé jeudi 27 décembre le gestionnaire de ses aéroports, ANA, à Vinci. En déboursant plus de 3 milliards d’euros, le groupe de BTP français permet au Portugal de dépasser l’objectif de ses privatisations fixé à 5,5 milliards d’euros.
    (Lire la suite…)
    Source : www.rfi.fr/europe/20121228-portugal-privatisation-economie-vinci/
  • Le Portugal vend ses aéroports et dépasse l’objectif de ses privatisations
    Par 20minutes.fr et AFP, le 28 décembre 2012
    Le gouvernement portugais a cédé jeudi le gestionnaire d’aéroports ANA au groupe de BTP français Vinci pour 3,08 milliards d’euros, dépassant ainsi l’objectif de 5,5 milliards visé par l’ensemble du programme de privatisations négocié avec ses créanciers internationaux.
    (Lire la suite…)
    Source : www.20minutes.fr/economie/1070701-20121227-portugal-vend-aeroports-depasse-objectif-privatisations
  • Le Portugal privatise ses bijoux de famille
    Par Caroline Morisseau, BFM Business, le 27 décembre 2012
    Lisbonne poursuit son programme de privatisations avec ses aéroports. C’est la première fois qu’un pays européen renonce à sa suprématie aérienne pour des raisons financières.
    (Lire la suite…)
    Source : http://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/portugal-privatise-bijoux-famille-412568.html
  • Portugal : TV publique à vendre
    ARTE Journal
    , le 14 novembre 2012
    La télé publique vit-elle ses dernières heures ? Grève générale aujourd’hui au Portugal, parmi les revendications, le ras-le-bol des annonces quasi systématiques du gouvernement à vouloir tout privatiser : l’eau, le gaz, et la Télévision publique : la RTP. Reportage.
    Source : www.arte.tv/fr/portugal-tv-publique-a-vendre/7060836,CmC=7060850.html
  • Le Portugal doit accélérer les réformes
    Par Anne Cheyvialle, LeFigaro, le 26 juillet 2012
    Le pays, placé sous tutelle du FMI et de l’Union européenne depuis mai 2011, doit poursuivre l’assainissement de ses finances et améliorer sa compétitivité pour doper l’export.
    Le Portugal s’est engagé sur un «ajustement économique de longue haleine», rappelle l’OCDE dans une étude, saluant «la détermination» du gouvernement portugais et les «importantes lois adoptées» avec un «large soutien politique», en particulier sur le marché du travail. Voilà pour la mention bien.
    (Lire la suite…)
    Source : www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/07/26/20002-20120726ARTFIG00452-le-portugal-doit-accelerer-les-reformes.php
  • Angola. Main basse sur le Portugal
    Par Paulo M. Santos, Visão, le 12 avril 2012
    Profitant de la manne pétrolière et de la crise financière en Europe, l’Angola investit massivement dans l’économie de l’ancienne puissance colonisatrice.
    Ils entrent discrètement via des prises de participation modestes dans le capital d’une société. Puis ils attendent que l’entreprise ou un autre actionnaire ait besoin d’argent. Car les gros investisseurs angolais, eux, n’en manquent pas. [Les investissements angolais au Portugal sont passés de 1,6 à 116 millions d’euros de 2002 à 2009.] Ils renforcent alors progressivement leur participation, jusqu’à ce qu’ils occupent une position dominante qui leur permet de prendre les rênes du pouvoir. La banque – symbole incontestable du pouvoir – n’est pas leur seule cible. Les médias, l’énergie, l’industrie du luxe ou encore l’agroalimentaire attirent de plus en plus d’entrepreneurs proches du pouvoir angolais, concentré autour du président José Eduardo dos Santos [à la tête de l’Etat depuis 1979].
    (Lire la suite…)
    Source : www.courrierinternational.com/article/2012/04/12/main-basse-sur-le-portugal
  • Le Portugal entame son plan de privatisations avec succès, grâce aux Chinois
    Par 20minutes.fr, le 3 février 2012
    Tenu de privatiser à tout va pour réduire son niveau d’endettement et éviter le sort de la Grèce, le Portugal a déjà encaissé plus de la moitié des recettes prévues par son plan d’aide UE-FMI, essentiellement grâce à l’investissement d’entreprises publiques chinoises.
    5 milliards d’euros de privatisations
    Sur les quelque 5 milliards d’euros que le Portugal espère obtenir avec l’ensemble de son programme de privatisations, plus de 3 milliards ont déjà déjà assurés par la vente de participations publiques dans les électriciens EDP et REN aux groupes chinois Three Gorges et State Grid, respectivement.
    (Lire la suite…)
    Source : www.20minutes.fr/economie/872852-20120203-portugal-entame-plan-privatisations-succes-grace-chinois
  • Le Portugal, une convoitise pour les émergents
    Par Expresso et VoxEurop, le 6 décembre 2011
    Pour réduire sa dette, le gouvernement portugais a lancé un vaste programme de privatisations. Brésiliens, Chinois et Angolais aux côtés de l’Allemagne et du Royaume-Uni sont aujourd’hui les principaux candidats au rachat d’entreprises nationales.
    (Lire la suite…)
    Source : www.voxeurop.eu/fr/content/article/1254681-le-portugal-une-convoitise-pour-les-emergents
  • Le Portugal prévoit une cure d’austérité et un vaste plan de privatisations
    Par Jean-Jacques Bozonnet – Madrid correspondant, Le Monde, le 26 mars 2010
    Le plan de rigueur que le gouvernement portugais s’apprête à adresser à Bruxelles sera-t-il de nature à rassurer la Commission européenne, et surtout les marchés financiers, inquiets de voir la crise de confiance se propager de la Grèce au Portugal ?
    Bien que rien ne l’y obligeait, le chef du gouvernement socialiste, José Socrates, a tenu à faire adopter par le Parlement, jeudi 25 mars, une « motion de soutien » à son « programme de stabilité et de croissance » (PEC) dont les grandes lignes avaient été dévoilées les 8 et 15 mars.
    (Lire la suite…)
    Source : www.lemonde.fr/europe/article/2010/03/26/le-portugal-prevoit-une-cure-d-austerite-et-un-vaste-plan-de-privatisations_1324731_3214.html
Publicités
Cet article, publié dans Portugal, Privatisations, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.