Macron-Schäuble : tandem pour l’austérité

Intro :

Réformes structurelles, rigueur (sauf pour la finance et les banques),  politique d’austérité (pour les peuples uniquement)…, autant d’éléments de langage rabâchés dans les grands médias du soir au matin et intégrés par la grande majorité des citoyens.
Emmanuel Macron, ministre des finances de François Hollande, est en totale communion idéologique avec son homologue allemand, Wolfgang Schäuble, qui réclame plus de réformes à la France, regrettant semble-t-il,  que le processus démocratique ralentisse une mise en oeuvre plus rapide.

L’Allemagne, un modèle ?

Car au-delà de certains indicateurs purement économiques systématiquement mis en avant (commerce extérieur, etc.) – indicateurs à relativiser d’ailleurs (moins de chômage en France par exemple mais explosion des mini-jobs sous-payés outre-Rhin, sous-investissements publics, population vieillissante…) -, l’Allemagne avec ses 12,5 millions de personnes sous le seuil de pauvreté est-elle vraiment un modèle de société humainement viable et donc exemplaire ?


Revue de presse
:

  • Emmanuel Macron : « Sur les réformes, il faut aller plus vite »
    Par La Tribune Hebdo, n°128, le 17 avril 2015
    2015-04-17_Macron_Sur les réformes il faut aller plus vite
  • Réformes : le ministre des Finances allemand veut la méthode forte en France
    Peu adepte de la langue de bois, Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, semble regretter qu’il n’y ait personne pour forcer le Parlement français à accélérer les réformes.
    Par Le Parisien, le 16 Avril 2015
    A en croire le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble, un des pires maux de la France serait… la démocratie. De Washington, ce chantre de la discipline budgétaire a fait cette déclaration : «La France serait contente que quelqu’un force le Parlement, mais c’est difficile, c’est la démocratie». Citant les réformes «très réussies» menées en Espagne, il regrette, semble-t-il, que la main de fer de la «troïka» ne puisse ordonner et régir l’économie française.
    La «troïka», terme tombé en disgrâce en raison du rejet par les Grecs de cette organisation, haïe par le gouvernement de gauche radicale d’Alexis Tsipras, désigne un groupe de hauts fonctionnaires de la Banque centrale européenne, du Fonds monétaire international, et de l’Union européenne, qui contrôle la mise en œuvre de réformes dans les pays européens bénéficiant d’une aide internationale.« Si vous en parlez avec mes amis français, que ce soit (le ministre des Finances) Michel Sapin ou (de l’Economie) Emmanuel Macron, ils ont de longues histoires à raconter sur la difficulté à convaincre l’opinion publique et le Parlement de la nécessité de réformes du marché du travail », avait dit auparavant l’inflexible ministre allemand, peu accoutumé à la langue de bois.
    (Lire la suite…)
    Source : www.leparisien.fr/economie/reformes-le-ministre-des-finances-allemand-partisan-de-la-methode-forte-en-france-16-04-2015-4699393.php
  • Allemagne : 12,5 millions de personnes sous le seuil de pauvreté, un record
    Par Jean Michel Gradt, LesEchos.fr, le 20 février 2015
    La pauvreté progresse en Allemagne. SelonPW, le nouveau salaire minimum instauré début 2015, ne permettra pas de changer la donne.La pauvreté a progressé de 15 % en 2013 pour toucher 12,5 millions de personnes, un record, indique l’étude publiée par la fédération d’aide socialeParitätischerWohlfahrtsverband.Vu de France, ce chiffre pourrait sembler paradoxal. Et pourtant. Outre-Rhin 12,5 millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté en 2013, un record depuis la réunification du pays en 1990, selon l’étude publiée hier par Paritätischer Wohlfahrtsverband (PW), une fédération qui regroupe quelque 10.000 associations actives dans le domaine de l’aide sociale et de la santé. Cette année là, la pauvreté a bondi de 15 % à 15,5 % par rapport à 2012, année où les chiffres avaient déjà surpris .« Depuis 2006, on observe clairement une dangereuse tendance d’augmentation à la pauvreté (…) La pauvreté en Allemagne n’a jamais été aussi élevée et la fragmentation régionale n’a jamais été aussi sévère qu’aujourd’hui », a déclaré au site Euractiv Allemagne Ulrich Schneider, le directeur général de Paritätischer Gesamtverband (PG). Une pierre dans le jardin du gouvernement qui assure que l’écart entre riches et pauvres diminue. Une affirmation « tout simplement fausse » pour le responsable de PG (Dans le graphique ci-dessous la courbe rouge indique la progression du nombre de pauvres dans la population. Les piles grises, la richesse du pays en milliards d’euros).
    (…)
    « La pauvreté est un problème bien de chez nous« , a poursuivi Ulrich Schneider pour qui l’Allemagne « a clairement un problème croissant de distribution de la richesse » . Et, alors que l’industrie allemande ne cesse de battre des records à l’exportation, cela risque de perdurer. Selon PW, le nouveau salaire minimum entré en vigueur début 2015 (8,50 € brut de l’heure), ne permet en effet pas de changer la donne.
    (Lire la suite…)
    Source : www.lesechos.fr/monde/europe/0204174006166-allemagne-125-millions-de-personnes-sous-le-seuil-de-pauvrete-un-record-1095316.php#xtor=CS1-33
  • Emmanuel Macron veut aller plus loin dans les réformes
    Par LaTribune.fr , le 22 février 2015
    Le ministre de l’Economie promet de nouvelles réformes dans un entretien au JDD. Et frappe sur sa gauche et sur sa droite…
    Emmanuel Macron veut aller encore plus loin. Le ministre de l’Economie a déclaré dans une interview au Journal du Dimanche de ce 22 février, qu’il entendait « poursuivre les réformes avec détermination. » La loi sur la modernisation de l’économie adoptée à l’Assemblée nationale grâce à l’utilisation de l’article 49-3 de la constitution n’était donc qu’une première étape.
    (Lire la suite…)
    Source : www.latribune.fr/actualites/economie/france/20150222trib8f8924996/emmanuel-macron-veut-aller-plus-loin-dans-les-reformes.html
Publicités
Cet article, publié dans Allemagne, France, Réformes & austérité, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.