L’Etat français, exemplaire… ?

Intro :

Code du travail bafoué et délégué syndical écarté du Palais de l’Elysée, beuveries et harcèlements sur le personnel féminin au sein de l’escadron d’élite de l’ETEC, chargé notamment du transport aérien du président de la République, des membres du gouvernement et des invités prestigieux de la France …
Exemplarité…? Respect des règles de la République…?

Revue de presse :

  • Code du travail : l’Elysée, une zone de non-droit
    Par Julia Pascual et Leila Minano, Marianne, le 16 avril 2015
    Dans son numéro en kiosques demain et disponible dès aujourd’hui au format numérique, « Marianne » se penche sur les conditions de travail déplorables des petites mains de l’Elysée. Jardiniers, cuisiniers, techniciens, agents d’entretien : les employés de la présidence vivent dans un no man’s land juridique et social dont personne, dans les hautes sphères, ne semble pressé de les faire sortir. Un comble.

    Alors que François Hollande, comme Nicolas Sarkozy avant lui, se pose en champion du dialogue social, les 800 employés de l’Elysée ont seulement le droit de se taire. Pas d’élections professionnelles, pas de représentation du personnel digne de ce nom, pas de règlement intérieur, pas de document unique d’évaluation des risques… Dans la PME bleu-blanc-rouge de la rue du Faubourg-Saint-Honoré, où s’affairent des escouades de jardiniers, cuistots et autres secrétaires, c’est tout bonnement le foutoir social.

    Patrick Pradier, élu CTFC, est l’unique délégué syndical de la Présidence. Renvoyé en 2010 dans son ministère d’origine (la Défense), il tente, de loin en loin, de défendre les droits des petites mains du « Château ». Comme celui de bénéficier d’un Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) qu’il réclame depuis… 2009 (voir document ci-dessous)…
    (Lire la suite…)
    Source : www.marianne.net/code-du-travail-elysee-zone-non-droit-100232783.html

  • La flotte présidentielle part en vrille
    Par Julia Pascual et Leila Minano, Marianne, le 14 janvier 2015
    Beuveries, harcèlement sur le personnel féminin… L’escadron d’élite chargé de convoyer les représentants de la République semble avoir perdu la boussole. Une enquête à retrouver dans notre numéro actuellement en kiosques.

    L’Etec, vous connaissez ? L’escadron de transport, d’entraînement et de calibration est l’unité militaire chargée du transport aérien du président de la République, des membres du gouvernement et des invités prestigieux de la France. Pour avoir l’honneur de convoyer ces hauts dignitaires, les quelque 180 pilotes, stewards et hôtesses de l’Etec passent des sélections drastiques. De Kaboul à Saint-Pétersbourg, des Bahamas au fin fond de la Laponie, ils peuvent décoller, sur un coup de fil, vers une réunion de crise, un sommet international ou le lieu de villégiature de leurs éminents passagers. On l’imagine aisément : l’équipage de cette flotte ultraselect – une dizaine d’appareils de haut standing, dignes de la meilleure aviation d’affaires – se doit d’être un exemple de professionnalisme.

    Des photos sur Facebook
    Or, selon nos informations, c’est tout l’inverse qui se passe. Petits chefs qui flirtent avec l’abus de pouvoir, dérapages alcoolisés, mépris des règles de sécurité… Les enfants gâtés de l’Etec ont, semble-t-il, perdu la boussole depuis pas mal d’années. C’est ce que dénonce Laura, 29 ans, qui avait intégré ce groupe d’élite en 2008. A l’automne dernier, cette hôtesse de l’air a été réformée pour « incapacité physique ». Quelques mois plus tôt, elle avait eu le courage d’alerter officiellement sa hiérarchie sur les comportements pour le moins inquiétants de certains de ses camarades. Au premier rang desquels les problèmes d’alcool.
    (Lire la suite…)
    Source : www.marianne.net/La-flotte-presidentielle-part-en-vrille_a243726.html

  • L’ETEC transporte le président et ses ministres
    Par Frédéric Beniada, France Info, le 20 mai 2012
    L’escadron, trouve son origine dans le Groupe Aérien et de Liaison, le GAEL, crée à la fin de la seconde guerre mondiale, en juillet 1945, au Bourget. Cet escadron a successivement été doté d’avions, aux noms évocateurs, Morane, Flamant, Beech 45, Broussard et Dakota. C’est en 1959, qu’il reçoit, son premier avion à réaction, le Morane Saulnier, 760 Paris. En 1968, le Nord 262 fait son entrée au sein de l’unité, puis apparaissent, les premiers Mystère 20. L’unité prend une telle importance, qu’elle est, fin
    1969, divisée, en plusieurs escadrilles.
    (Lire la suite…)
    Source : www.franceinfo.fr/emission/chroniques-du-ciel/2011-2012/l-etec-transporte-le-president-et-ses-ministres-05-20-2012-09-49
Publicités
Cet article, publié dans France, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.