Pollutions, élevages industriels… : loi du marché et morbidité

(Source photos : Bored Panda)

Revue de presse :

  • En France, des millions de poussins sont broyés chaque année
    Par Eric de La Chesnais , LeFigaro, le 28 mai 2015
    Après un tri, les animaux jugés «indésirables» pour la production sont tués dans des conditions brutales et cruelles. L’Allemagne vient de faire le choix d’abandonner ces méthodes.
    Dans le premier pays producteur d’œufs européen (près de 15 milliards ont été pondus en France en 2015), pour sélectionner les futures poules pondeuses, il faut éliminer autant de poussins mâles, soit près de 50 millions. Pour l’instant, seuls des procédés brutaux et cruels permettent de faire le tri: gazage, broyage ou étouffement dans des sacs poubelles dès leur premier jour de vie.
    Ces pratiques ont été révélées au grand jour par un ancien employé de couvoir en Bretagne. Son témoignage vidéo a été rendu public en novembre 2014 par l’association L214 qui informe sur les conditions d’élevage, de transport, de pêche et d’abattage des animaux utilisés dans la production alimentaire. La séquence, dont les images sont choquantes, est revenue sur le devant de la scène après que l’Allemagne a décidé d’abandonner officiellement ce procédé cruel. Grâce à une méthode développée à Leipzig, il devrait être possible de déterminer le sexe des poussins dès le 3e jour de leur développement par une technique de spectrométrie. Une première mise en œuvre industrielle devrait débuter dès 2016 outre Rhin.
    [Lire la suite…]
    Source : www.lefigaro.fr/sciences/2015/05/27/01008-20150527ARTFIG00425-en-france-des-millions-de-poussins-sont-broyes-chaque-annee.php
  • Véganisme : touche pas à mes animaux !
    Par Kévin Barralon, militant pour les droits des animaux et cofondateur d’un blog de cuisine vegan, LesEchos, le 10 mars 2015
    Alors que des milliards de bêtes sont élevées et abattues chaque année dans le monde, le véganisme est un mode de vie qui repose sur le refus de l’exploitation animale.
    Le quotidien « Libération » dénonçait récemment les excès de l’élevage intensif . Le moine bouddhiste Matthieu Ricard s’oppose vigoureusement dans son dernier livre à l’exploitation délirante des animaux, jamais égalée jusqu’à aujourd’hui.
    Des émissions de télévision, motivées par les récurrents scandales alimentaires, mettent de plus en plus en lumière le problème de la surindustrialisation de l’élevage. Bref, nous assistons à une véritable révolution culturelle et sociale – menée par des associations, des universitaires ou de simples consommateurs qui ont décidé de modifier leur mode de vie – qui met progressivement l’asservissement des animaux comme une réalité à combattre.
    [Lire la suite…]
    Source : www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-126721-le-veganisme-un-mouvement-en-plein-essor-1100578.php
  • Treize raisons de lâcher le steak barbare
    Par Christian LOSSON et Isabelle HANNE, Libération, le 6 mars 2015
    Décryptage
    Des animaux élevés en batterie, boostés aux antibiotiques et abattus à la chaîne, des élevages polluants et de plus en plus centralisés, des nitrates qui dévastent ce qui reste de planète… Stop à la boucherie ?
    Au cours de sa vie, un Français consomme en moyenne 7 bovins, 33 cochons, 9 chèvres et moutons, 1 300 volailles et 60 lapins, selon le service de la statistique et de la prospective du ministère de l’Agriculture. Soit un peu plus de 1 400 animaux d’élevage auxquels il faut ajouter 1 tonne d’animaux marins. Une frénésie de viandards qui a accéléré l’industrialisation de la production de steaks, jambons et autres magrets. Un seul exemple : en France, 95% des porcs sont élevés dans des systèmes intensifs. Chaque année, 25 millions de porcs charcutiers sont abattus. Et 70% des 50 milliards de poulets tués dans le monde tous les ans sont élevés dans une stratégie industrielle.
    De plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer l’insoutenabilité d’une telle politique alimentaire, à l’image d’un rapport publié fin février par la Fondation Heinrich-Böll et les Amis de la Terre. Cet «Atlas de la viande» dénonce «la production et la surconsommation de viande industrielle qui saccagent la planète».
    «Notre alimentation n’est plus une affaire privée,
    dit ainsi Christian Berdot, des Amis de la Terre. Nos choix alimentaires sont aussi des choix politiques qui ont des impacts sur la vie de nombreuses personnes dans le monde, ainsi que sur l’environnement, la biodiversité et les climats.» Voici treize raisons pour manger moins, mieux ou plus du tout de viande.
    [Lire la suite…]
    Source : www.liberation.fr/societe/2015/03/06/treize-raisons-de-lacher-le-steak-barbare_1215727
Publicités
Cet article, publié dans Externalités négatives, Santé & environnement, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.