Cet homme est dangereux : à quand un Schäublexit… ?!

Schauble-Stasi 2.0

Intro :

Victime d’un attentat en octobre 1990 (soi-disant commis par un malade mental), impliqué dans une affaire de financement illégal du parti CDU (le scandale des caisses noires, révélé en 1999), paranoïaque et maniaque de la surveillance, de la répression, et très peu respectueux de la liberté individuelle de ses compatriotes, voici plus bas un article rédigé en mars 2008 qui dresse un portrait du très sombre et sulfureux Wolfgang Schäuble que la bigote et idiote-utile Angela Merkel a recruté au poste de ministre fédéral de l’intérieur (2005-2009), puis en tant que ministre fédéral des finances (depuis 2009).

Les positions sécuritaires de W. Schäuble ont conduit au lancement de la campagne Stasi 2.0, qui comparait la politique du ministère fédéral de l’Intérieur à celle de la police secrète est-allemande (Stasi).
Ainsi, une grande partie des Allemands sont eux-mêmes victimes de la politique de cet individu aux inclinations néofascistes.

En définitive, quelle était la marge de manœuvre réelle pour le gouvernement grec d’Alexis Tsipras en ayant comme interlocuteur pour négocier…. un type comme Schäuble, qui ne fait confiance à personne et a incarné au cours de son ministère à l’Intérieur certaines dérives totalitaires critiquées par ses propres concitoyens ?

La démocratie dans l’Union européenne est bien morte et enterrée…
Elle n’a même jamais véritablement existé.
Aux peuples d’ouvrir enfin les yeux et de regarder la réalité en face.

Article :

  • Ministre de l’intérieur Wolfgang Schäuble, fou de sécurité: enchanté!
    Par StephanM, Les Dessous de l’Allemagne, le 24 mars, 2008
    Pendant les années 2006 et 2007, le ministre de l’intérieur Wolfgang Schäuble a tenu les Allemands en haleine par une cadence élevée de propositions qui visent à accroître la répression et la surveillance sur le territoire national. Certaines de ses propositions ont été si farfelues, qu’elles ont fait douter quelques collègues gouvernementaux, médias et citoyens, que sa capacité d’assumer sa fonction de ministre de l’intérieur soit toujours intacte.

    Parcours de Schäuble
    Docteur en droit, membre de la CDU (1), membre du Parlement fédéral allemand depuis 1972. De 1981 à 1984 gérant du groupe parlementaire CDU/CSU (2); depuis 1991 président du groupe parlementaire. En 2000 impliqué dans l’affaire des dons pour la CDU (3), à la suite de quoi il fut obligé de quitter son poste de président du groupe parlementaire. En novembre 2000, Schäuble s’excuse publiquement devant le Parlement fédéral que “des lois ont été violées sous la responsabilité de la CDU”, et « qu’il a tu une partie de la vérité de son contact avec le marchand d’armes”. Depuis novembre 2005, sur la demande d’Angela Merkel, il est ministre de l’intérieur.

    Événement extraordinaire

    En octobre 1990, Schäuble fut victime d’un attentat de la part d’un malade mental souffrant d’une schizophrénie paranoïde, dans lequel il fut blessé par trois coups de revolver Smith & Wesson calibre 38. Sa colonne vertébrale fut touchée, et Schäuble est paraplégique. Cet accident influencera très probablement sa politique dans ses fonctions gouvernementales qu’il occupera par la suite, notamment son mandat de ministre de l’intérieur.

    Politique sécuritaire

    Pendant les années 2006 et 2007 Schäuble n’arrête pas de faire des propositions pour renforcer la sécurité intérieure : accroître la surveillance de tous les citoyens, renversant ainsi le principe de présomption d’innocence à une suspicion de culpabilité de tous (excepté lui-même bien sûr). Il se distingue également par une volonté farouche d’augmenter les pouvoirs de la police, de l’armée et des services des renseignements, quitte à franchir les limites du cadre de la constitution qui garantit aux citoyens leurs droits fondamentaux et qui les protègent des dérapages et des abus d’un État tout-puissant. Un peu comme Sarkozy, il martèle l’opinion publique avec des idées souvent insensées, provocatrices, ce qui occupe les médias et fait parler de lui. Une polémique chasse l’autre. Surgissent parfois des doutes sur sa santé mentale. Souffrirait-il d’un syndrome post-traumatique causé par l’attentat qui l’a cloué dans un fauteuil roulant ? Quand la critique devient trop forte ou vient de sa propre famille politique, il “n’a pas voulu dire cela” ou on “l’a mal compris”. Si ça passe, tant mieux. Il sonde les limites de la constitution en les transgressant, il les pousse. Rarement le Tribunal Constitutionnel a été si occupé par un seul homme. C’est avec son catalogue de propositions que le slogan et le logo “Stasi 2.0”(4) naît et est utilisé dans des manifestations contre la société de sécurité et de surveillance qu’il veut créer.
    (l’image « Stasi 2.0″ est Creative Commons; auteur : Dirk Adler)

    Le catalogue des propositions de Wolfgang Schäuble (5)
    (…)
    8) Le stockage des données de communications électroniques
    Il est prévu de stocker toutes les données des communications électroniques (téléphone fixe, portable, émail, SMS), non leur contenu, mais qui communique avec qui, quand, où, pendant combien de temps, et les coordonnés de la position dans le cas de communication par portable, dans l’intérêt d’une meilleure enquête criminelle. Ces données devraient être stockées pendant 6 mois. En Allemagne, plusieurs mouvements se sont formés pour combattre cette surveillance de la population entière. L’argumentation: Le principe du “supposé innocent” est inversé : Le citoyen est suspecté coupable et n’est blanchi que si on n’a rien à lui reprocher. Des manifestations dans plusieurs villes ont eu lieu. L’affaire a aussi été porté devant la Cour fédérale constitutionnelle. Plus de 80 mille personnes ont signé une liste de pétition, 34.443 personnes ont portées plainte de façon individuelle devant la Cour fédérale constitutionnelle. L’association “vorratsdatenspeicherung.de” qui coordonne l’action, a livré 102 dossiers dans 12 cartons de Berlin à Karlsruhe, où se trouve la Cour. Elle a aussi détaillé et justifié les plaintes dans un document de 150 pages qui est également donné à la Cour.(10)
    C’est la plus grande plainte que la Cour fédérale constitutionnelle a vue dans l’histoire de l’Allemagne. Il s’agit d’une demande d’urgence pour suspendre rapidement le stockage des données de communications, puis du jugement proprement dit. La décision sur la demande d’urgence est attendue en mars 2008. L’affaire est complexe et mérite également un article plus détaillé

    9) Intervention de l’armée à l’intérieur de l’Allemagne

    Schäuble et la CDU souhaitent pouvoir faire intervenir des soldats de l’armée dans la lutte contre le terrorisme, ce qui est contraire à la constitution. D’après la constitution, l’intervention de l’armée à l’intérieur du pays n’est possible que dans l’état d’urgence ou le cas d’une guerre.

    10) Destruction d’un avion civil

    Une des propositions folles de Schäuble. Il imagine le détournement d’un avion civil par des terroristes qui pourrait se diriger contre une centrale nucléaire ou une tour d’une grande ville. Dans ce cas, il voudrait, par « précaution », détruire l’avion rempli de passagers civils par un tir de missile pour protéger des victimes hypothétiques d’un éventuel crash d’avion. La constitution interdit de peser des vies humaines contre d’autres vies humaines. Cela ne décourage pas un ministre de l’intérieur comme Schäuble. Si la constitution interdit la destruction d’un avion civil, il faut changer la constitution. Le président de la Cour fédéral constitutionnelle, Monsieur Papier, a publiquement exclu une loi dans le sens de Schäuble

    11) Exclusion d’un terroriste de l’espace de droit

    Il s’agit d’une idée insensée de Schäuble qui voudrait annuler le droit tout court pour pouvoir agir en dehors du droit contre un terroriste, car “un terroriste est un ennemi de l’ordre juridique”.(11)

    12) Un fichier antiterroriste centralisé

    Un projet est en cours qui prévoit la mise en réseau des fichiers de 38 services de sécurité!! (police, chambre criminelle, renseignements généraux, …) En mars 2007, le fichier antiterroriste est mis en route avec les 15.000 premiers enregistrements. D’après le ministère de l’intérieur, ce fichier serait le plus moderne au monde. La chambre criminelle, la police fédérale, les chambres criminelles des Länders, le service fédéral de la protection de la constitution, le service des renseignements généraux, le service de contre-espionnage et le service des fraudes des douanes y ont accès.Les défenseurs des droits civiques désapprouvent le projet, car d’après eux, le croisement de données détenues de la police avec des données des services secrets est anticonstitutionnel.
    (Lire la suite…)
    Source : http://allemagne-et-plus.a18t.net/?p=24

Publicités
Cet article, publié dans Allemagne, Grèce, Union européenne, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.