Bohemian Club : l’entre-soi du capitalisme américain (et ses invités…)

BohemianClub  BohemianClub1  BohemianClub2

Intro :

Une fois par an, fin juillet, le Bohemian Club (ou Bohemian Grove) rassemble une bonne partie de ses deux mille membres masculins, américains pour l’essentiel, dans une propriété privée située dans une forêt près de San Francisco en Californie.
Des membres qui partagent au moins un point commun, celui d’incarner un très haut niveau d’influence politico-économique.

Ce rassemblement, aux faux airs de camp scout avec pour mascotte un hibou géant, est en réalité un des cercles, plus ou moins connus du grand public, où la classe oligarchique américaine et occidentale entretient ses réseaux afin d’organiser son expansion à travers le monde, comme au bon vieux temps de la conquête de l’Ouest, de l’Âge doré du capitalisme sauvage et de la disparition des Amérindiens.

Certaines personnalités étrangères sont parfois invitées à cette petite sauterie de l’élite capitaliste néo-conservatrice américaine. En juillet 1989, quelques mois avant la chute du mur de Berlin et le début de la fin de l’empire soviétique, c’était Michel Rocard, alors premier ministre socialiste en France (juin 1988-mai 1991) qui était invité par Henry Kissinger, comme le rappelait récemment la revue Schnock (n°16, 2 septembre 2015, p.19-21).

Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bohemian_Club

Documents :

  • France Inter, La revue de presse
    Par Hélène Jouan, le 2 septembre 2015 (8h30)
    Extrait :
    – Patrick Cohen : « (…) On termine Hélène [Jouan] par une drôle de cérémonie…
    – Hélène Jouan : Pas celle du mea culpa de François Hollande, vous en avez parlé, qui dans un livre écrit par Françoise Fressoz, « Le stage est fini » avoue que sur la fiscalité, effectivement, il regrette d’être revenu sur la hausse de la TVA décidée par Nicolas Sarkozy ; Libération accole à François Hollande le qualificatif de « lucide », quand le journal communiste L’Humanité fustige cet aveu « pi-toy-able », dit-il, marque l’enfermement présidentiel dans les logiques libérales.
    Pas la cérémonie non plus, celle qui consiste à faire de vous, Alain Juppé, une cible avec un panneau « Wanted » – l’homme à abattre -, c’est ainsi que Les Echos vous présente ce matin ; « à abattre », conjointement par François Hollande et par Nicolas Sarkozy qui rêvent tous les deux de rééditer leur duel en 2017, alors du coup vous êtes l’homme en trop, évidemment, à abattre aussi par les petits jeunes qui débarquent : dans un article du Monde daté d’aujourd’hui, Bruno Le Maire vous juge, définitivement, trop… « timoré » ; ça vous plaît « timoré » comme adjectif ?
    – A. Juppé : Non. C’est pas mon vocabulaire. Je suis réaliste et modéré, et je ne me droitise pas pour faire plaisir à mon électorat, à toute force, voilà.
    – H. Jouan : Alors en fait je voulais parler d’une autre cérémonie. Vous avez déjà entendu parler, Alain Juppé, de la cérémonie druidique du hibou ? ça vous dit quelque chose ?
    – A. Juppé : Pas encore, mais vous allez me…
    – H. Jouan : …Pas encore, c’est ça, parce qu’en fait il faut être président, ou en tout cas, premier ministre – mais vous avez été premier ministre -, pour connaître cette cérémonie… Alors c’est l’ancien premier ministre Michel Rocard qui nous révèle l’existence de ce rite et de ce club ultra-sélect, dans la revue Schnock, qui parait aujourd’hui : tous les ans, 2000 membres, exclusivement masculins, la crème de la crème des Républicains, des dirigeants politiques, économiques et financiers, se retrouvent au pieds des Rocheuses, pour y faire quoi ?
    Et bien ils y jouent aux cow-boys et puis se retrouvent quand même aussi entre happy few ; c’est Henry Kissinger qui en 1989 a invité Michel Rocard, alors premier ministre, et Michel Rocard donc raconte : « alors c’est comme un camp de vacances, on couche en forêt à sept ou huit sous des huttes en bois, le soir ce sont des jeux de lasso, des danses, tout le folklore américain, puis on boit le coup joyeusement ; alors Michel Rocard est invité, à l’époque, à faire le discours de la session, il causera relations franco-américaines. Pour assister à mon laïus, raconte-t-il, Kissinger, Jim Baker, David Rockefeller, le gratin quoi, tous en tenue de cow-boys… « j’ai trouvé ça rigolo, un petit peu étrange quand même mais, d’une certaine façon, tout ce qui est américain est un peu étrange », conclut l’ancien premier ministre, qui lui a échappé au rite du hibou, c’est l’emblème du club, qui consiste à écouter religieusement la voix d’un des fondateurs du club donc, qui sort d’une grande statue géante de hibou. Voilà à quoi s’occupent les grands de ce monde. Bizarre, tout de même. Ca vous fait envie, ou pas ?
    – A. Juppé : Je vais vous faire une confidence : je déjeune avec Michel Rocard, donc j’ai trouvé au moins un sujet de conversation…
    – H. Jouan : Eh bien voilà de quoi vous allez parler ; il va pour raconter la cérémonie du hibou…
    – P. Cohen : … ses souvenirs de scout, façon adultes. Merci Hélène Jouan pour la revue de presse sur Inter. »
    (…)
    Source : www.franceinter.fr/emission-la-revue-de-presse-revue-de-presse-548
  • Personne n’a sacrifié de bébés aux Bohemian Grove cette année
    Par Chris O’Neil, Vice.com, le 2 août 2011

    Les bois du Comté de Sanoma, au Nord de la Californie, sont très tranquilles durant toute l’année sauf pendant une petite partie de l’été, au moment où l’élite mondiale se réunit pour faire un peu de camping, du kayak et sculpter des petites chouettes en bois.

    La réunion annuelle du Bohemian Club, le « Bohemian Grove » est un peu comme ce festival, le WOMAD, sauf que les femmes ne sont pas admises et que les pays en voie de développement sont vraiment sous représentés. Pour être sur la guest list, il vaut mieux être un homme blanc, républicain et, de préférence, qui a déjà été élu président des États-Unis. Les deux George Bush y ont assisté, tout comme Nixon et Reagan.Le huis clos de cet événement est un élément qui a contribué à convaincre beaucoup de gens que le Bohemian Grove était un endroit où les leaders des pays occidentaux se rendaient pour sacrifier des bébés et passer des pactes avec Satan sous l’œil complice de l’élite franc-maçonne. Tous les ans, des mecs s’y pointent pour manifester. Cette année, le sommet a entre autres attiré l’attention des Anonymous, qui ont essayé de convaincre des jeunes de 14 ans d’arrêter de perdre leur temps sur 4Chan et de passer plutôt à l’action en Californie, munis des masques.

    Cependant, une personne n’assistera pas au rassemblement de cette année. C’est Mary Moore, une habitante du comté de 77 ans, et ce, même si elle est l’une des fondatrices du Bohemian Grove Action Network, le groupe qui a lutté contre le Bohemian Grove durant les 31 dernières années.

    VICE : Hey Mary ! Alors, qu’est-ce qui va se passer au Bohemian Grove cette année ?

    Mary Moore : Eh bien déjà, oubliez ce que les autres gens pourraient vous dire. Ils n’y a pas de pratiques sexuelles étranges, les gens de là-bas ne sacrifient pas des bébés… Tout ça, c’est des conneries. Par contre l’élite de la planète est bel et bien présente. La chose à laquelle il faut prêter attention, ce sont les réunions diplomatiques qui ont lieu près du lac. C’est là que les personnes les plus puissantes de la planète discutent et font des choix qui influeront sur l’ensemble des décisions internationales. Ils le font en secret, à l’ombre de toute surveillance. C’est de ça que les gens devraient avoir peur.
    (…)
    Pourquoi vous continuez à faire ça ?

    Dans les années 1980 les gens n’étaient pas vraiment conscients des collusions d’intérêt entre le gouvernement et les grosses entreprises. Notre but principal est de montrer à quel point le gouvernement est devenu autoritaire et activiste. Maintenant j’ai l’impression que beaucoup de personnes en sont conscientes. Enfin, je pense que c’est assez évident.
    (Lire la suite…)
    Source : www.vice.com/fr/read/personne-na-sacrifie-de-bebes-au-bohemian-grove-de-cette-annee

  • Le Bohemian Club conserve sa sulfureuse réputation
    Par Fabien Renou, Journaldunet.com, le 13 mai 2009
    C’est un club très fermé, basé à San Francisco et sur lequel courent de nombreuses rumeurs. Fondés par cinq journalistes à la fin du 19e siècle, le Bohemian Club  était à l’origine un groupe de jeunes journalistes sur le modèle des sociétés secrètes étudiantes. Mais le concept a radicalement évolué et le Bohemian Club ne rassemble plus aujourd’hui que les très grands de ce monde, bien loin de la vie de Bohème.Si l’on compte bon nombre de responsables politiques américains, essentiellement républicains, les PDG aussi viennent aussi peupler les rassemblements annuels que ce groupe organise au camp de Bohemian Grove.

    Certaines légendes prêtent à cette réunion annuelle des rites ésotériques, voire sataniques.
    Cependant, la liste des membres laisse plutôt imaginer une rencontre entre puissants de ce monde, où se croisent ceux qui deviendront président des Etats-Unis, PDG d’IBM ou gouverneur de la Réserve fédérale.

    Source : www.journaldunet.com/economie/magazine/enquete/societes-secretes-et-groupes-de-pression-des-dirigeants/le-bohemian-club-conserve-sa-sulfureuse-reputation.shtml

  • Power America
    Social Cohesion & the Bohemian Grove
    The Power Elite at Summer Camp
    By G. William Domhoff, U.C. Santa Cruz, april 2005
    The Bohemian Grove is a 2,700-acre virgin redwood grove in Northern California, 75 miles north of San Francisco (map), where the rich, the powerful, and their entourage visit with each other during the last two weeks of July while camping out in cabins and tents.It’s an Elks Club for the rich; a fraternity party in the woods; a boy scout camp for old guys, complete with an initiation ceremony and a totem animal, the owl. It’s owned by the Bohemian Club, which was founded in San Francisco in 1872. The Bohemians started going on their little retreat shortly after the club was founded; it became big-time by the 1880s, and it continues today.
    (…)
    Source : www2.ucsc.edu/whorulesamerica/power/bohemian_grove.html
Publicités
Cet article, publié dans Capitalisme, Cercles d'influence, Etats-Unis, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.