L’Allemagne saigne le peuple grec, mais pensionne les fascistes espagnols…

Intro :

Certains dirigeants allemands n’en ont décidément pas totalement terminé avec le passé criminellement autoritaire de leurs pires prédécesseurs.

Après avoir été l’un des peuples les plus martyrisés par l’occupation allemande, les Grecs subissent depuis 2009 cette politique autoritaire, austéritaire, qui permet de dépouiller, de dépecer un Etat, un peuple, de son patrimoine, de ses biens et services publics, de ses ressources naturelles, au profit des intérêts du secteur privé, des multinationales, des financiers (cf. Before, the tanks. Now, the banks ! : les puissances de l’argent en guerre contre les peuples, M&Cies, 13 juillet 2015).

Document :

  • L’Allemagne refuse de dédommager les Grecs victimes de la Wehrmacht mais verse des pensions aux fascistes espagnols de cette même Wehrmacht !!!
    Par Yorgos Mitralias (*), décembre 2015

    La nouvelle est tombée en Espagne comme une bombe dans la deuxième semaine d’octobre : L’Allemagne paye -encore aujourd’hui ( !)- des pensions aux fascistes espagnols qui ont combattu aux côtés de la Wehrmacht à Stalingrad!
    A la suite de cette révélation,  l’un après l’autre presque tous les journaux espagnols ont déterré des semaines durant le passé douloureux et consacré nombre d’articles  à l’infâme División Azul (Division Bleue)  et ses 37.000 volontaires qui, avec la bénédiction du dictateur Franco, se sont trouvés il y a 73-74 ans en Union soviétique pour prêter main forte à l’Allemagne nazie et à sa tentative d’écraser le…bolchevisme !Le protagoniste mais aussi le responsable de ce retour inattendu à un passé qu’on croyait définitivement exorcisé, est Andrej Hunko, le député de  Die Linke, qui a révélé le scandale par son initiative de demander des explications à la Chancelière Merkel.  Connaissant les combats de l’ami Andrej pour la défense des droits du peuple grec, nous osons dire que la motivation première de ses questions parlementaires au gouvernement allemand était de faire découvrir au grand public non pas un, mais deux scandales : celui bien visible du paiement par l’État allemand des pensions aux fascistes espagnols et l’autre, moins visible : celui du refus permanent de l’État allemand de dédommager les citoyens grecs victimes des atrocités nazies !

    Malheureusement, la nouvelle que le gouvernement allemand paie les fascistes espagnols qui se sont battus aux cotés de l’armée nazie (1) en même temps qu’il refuse obstinément de payer des dédommagements  aux victimes grecques de la même armée nazie, ne semble pas avoir provoqué l’émoi ni des autorités  ni des médias grecs.  Aucune réaction, et pire, absolument rien pour informer l’opinion publique grecque. Seulement un silence total et assourdissant….

    Pourtant, ce scandale des scandales ne peut pas rester sans suite. Alors, puisqu’il concentre et combine en lui tous les problèmes de notre temps, le passé cauchemardesque avec un présent et un avenir non moins menaçants, c’est à tous ceux, citoyens grecs, allemands et espagnols qui se sentent directement intéressés, de lui donner la suite qu’il mérite. Et le premier pas vers cette direction est l’interview qui suit. En donnant la parole à Andrej Hunko nous espérons que, cette fois, le mur du silence sera brisé et que les réactions seront à la hauteur de circonstances si critiques…-YM

    (…)

    (*) Journaliste, Giorgos Mitralias est l’un des fondateurs et animateurs du Comité grec contre la dette, membre du réseau international CADTM et de la Campagne Grecque pour l’Audit de la Dette.
    Source : www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=16773

  • 1936-2015: Το φάντασμα του Φράνκο πάντα πάνω από την Καταλονία!
    Published on Friday, 04 December 2015
    Η Γερμανία που αρνείται να αποζημιώσει Έλληνες θύματα της Βέρμαχτ, αποζημιώνει Ισπανούς θύτες της ίδιας Βέρμαχτ!!!
    Ήταν στα μέσα του περασμένου Οκτώβρη όταν η είδηση έπεφτε σαν βόμβα στην Ισπανία: Η Γερμανία πληρώνει ακόμα και τώρα συντάξεις στους Ισπανούς φασίστες που πολέμησαν στο πλευρό της Βέρμαχτ στο Στάλινγκραντ! Με αφορμή αυτή την είδηση, εντελώς ξαφνικά, η μια μετά την άλλη οι περισσότερες ισπανικές εφημερίδες ξέθαβαν για εβδομάδες το –οδυνηρό- παρελθόν και αφιέρωναν άρθρα επί άρθρων στη διαβόητη «Γαλάζια Μεραρχία» (Division Azul) και στους 37.000 εθελοντές της που, με τις ευλογίες του δικτάτορα Φράνκο, βρέθηκαν πριν από 73-74 χρόνια στη μακρινή Ρωσία για να συνδράμουν τη ναζιστική Γερμανία στην απόπειρά της να συντρίψει …τον μπολσεβικισμό!
    (…)
    Source : http://contra-xreos.gr/arthra/928-1936-2015.html
Publicités
Cet article, publié dans Allemagne, Union européenne, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.