9 février 2016 : Diem 25

Intro :

Les grandes fortunes, les rentiers et autres grands actionnaires des firmes supranationales de la finance et du big business autoritaires, ne se laisseront pas dégager de leurs sommets dorés sans résister.
Leur cupidité, leur cynisme ainsi que leur pouvoir d’influence, leur machiavélisme et leur mépris des peuples sont tels que la partie ne sera pas facile à remporter.

Sans compter la collusion, la collaboration – passive ou active -, du personnel politique (de tous bords) et des grands médias sous contrôle capitalistique des grandes fortunes en question.
Ces chiens de garde en titre protègeront jusqu’au bout les privilèges de ces classes dominantes dont ils profitent de quelques bons morceaux.

La reconquête, idéologique, économique et politique, après plus de 50 ans de propagande néolibérale ne fait donc que commencer.
Notamment , depuis la reprise des cycles de crises boursières dans les années 1980 et autres hold-up bancaires à répétition commis par les adorateurs du Marché avec la dérégulation du secteur financier.
Sans oublier la mainmise des grandes fortunes privées sur les Etats, notamment par l’attrition fiscale : « affamer la bête » par les réductions, l’évasion et l’optimisation fiscales, par le piège du financement et de l’endettement de l’Etat (et des citoyens) sur les marchés privés…
Des Etats jugés coupables et sommés de rentrer dans le rang quand ils pratiquent ou tentent de mettre en place des politiques économiques et sociales progressistes et redistributrices (Etat-providence, Welfare state) ; des Etats donc sommés de passer sous les fourches caudines de la spéculation et des profits privés (« politique d’austérité », « rigueur », « réformes structurelles »…).

Pour cette reconquête économique, politique et sociale, pas de personnalité politique charismatique ou providentielle à attendre. Ni à droite ni à gauche.
Ne plus déléguer à des représentants politiques qui ne pensent qu’à leurs carrières et leurs intérêts personnels.
Ne plus croire, ne plus espérer quoi que ce soit de ce système aux apparences démocratiques mais qui en réalité bafoue ouvertement les scrutins populaires.

Tout est donc à défendre, à reconquérir, à réinventer.

Comment ?
D’abord, la lucidité pour entrer en résistance, le désir de connaître et de comprendre ; le refus de continuer d’accepter des inégalités économiques et sociales criminelles qui profitent à une minorité de privilégiés égoïstes et avides, au détriment de la majorité des habitants de cette planète et de l’environnement pollué et épuisé.

Bon vent à Diem 25 qui contribuera peut-être à cette reconquête, à ce combat.

Site officiel : http://diem25.org/home-fr/

FaceBook : https://www.facebook.com/DiEM25page/

Revue de presse :

  • Varoufakis lance un mouvement pour la démocratie européenne
    Élise Thiébaut, 10 février 2016, L’Humanité
    L’ancien ministre des Finances grec Yanis Varoufakis a lancé, hier à Berlin, Diem 25, rassemblement transnational pour sortir de l’austérité en Europe. Il développe des solutions fédéralistes pour faire face à la crise et reconstruire les institutions continentales.

    Berlin (Allemagne), correspondance.

    Varoufakis a lancé hier à Berlin son Mouvement pour la démocratie en Europe : Diem  25. À la légendaire Volksbühne de Berlin, l’ancien ministre des Finances du premier gouvernement Syriza rebondit après une année 2015 qui a vu le printemps grec se fracasser sur le mur de l’austérité européenne. Wolfgang Schäuble, ministre des Finances allemand, avait résumé la chose en une phrase : « Il n’est pas possible de laisser des élections changer le cours des choses. » Si les élections ne changent pas le cours des choses, qui peut le faire ? Pour Yanis Varoufakis, « la volonté de changer l’Europe est peut-être utopique, mais on a l’obligation d’essayer. Car sinon, c’est la plus sévère des dystopies (contre-utopie – NDLR) qui va survenir : celle que l’on a connue dans les années 1930 ». La montée de l’extrême droite et l’échec des gauches ne peuvent aboutir, il en est certain, qu’à la désintégration de l’Europe. C’est pourquoi, dans la petite salle de la Volksbühne bondée, il veut ouvrir le mouvement à tous les progressistes, démocrates, libéraux, écologistes pour unir les forces au-delà des dogmes et des clivages politiques ou nationaux.
    (…)
    Source : www.humanite.fr/varoufakis-lance-un-mouvement-pour-la-democratie-europeenne-598527

Publicités
Cet article a été publié dans Actions & soutiens, Bonnes nouvelles, Solidarités & résistances. Ajoutez ce permalien à vos favoris.