L’essentiel

Revues de presse :

 

Accord de libre-échange Etats-Unis / Union européenne (TTIP, GMT…) :


Capitalisme mondialisé 
:


Groupe Bilderberg (1954)
:

  • Site officiel : h ttp://www.bilderbergmeetings.org/
  • Participants à la réunion annuelle 2014 : h ttp://www.bilderbergmeetings.org/participants.html


Commission Trilatérale (1973)
:

  • Site officiel : h ttp://trilateral.org/
  • Liste participants (mise à jour mensuelle) : h ttp://trilateral.org/download/file/TC_list_1-15(1).pdf
  • Trente ans d’une institution secrète
    Pouvoirs opaques de la Trilatérale
    Par Olivier Boiral, Le Monde diplomatique, novembre 2003
    Dirigeants des multinationales, gouvernants des pays riches et partisans du libéralisme économique ont vite compris qu’ils devaient se concerter s’ils voulaient imposer leur vision du monde. Dès juillet 1973, dans un monde alors bipolaire, David Rockefeller lance la Commission trilatérale, qui va marquer le point de départ de la guerre idéologique moderne. Moins médiatisée que le forum de Davos, elle demeure très active, au travers d’un réseau d’influences aux multiples ramifications.
    (Lire la suite…)
    Source : www.monde-diplomatique.fr/2003/11/BOIRAL/10677


Déficit
:

  • « A l’origine du déficit à 3% du PIB, une invention 100%… française »
    Par Guy Abeille, économiste, latribune.fr, le 1er octobre 2010
    François Hollande a confirmé dimanche soir l’objectif de ramener à 3% du PIB le déficit public dés 2013, au prix d’un plan de rigueur sans précédent. Mais d’où vient ce chiffre magique tout rond de 3% et pourquoi dirige-t-il aujourd’hui la politique économique en Europe ? Guy Abeille était chargé de mission au ministère des Finances sous Giscard puis au début de l’ère Mitterrand. Il a raconté pour La Tribune comment est né, en France et non en Allemagne, ce sacro-saint ratio pour les déficits publics. A l’origine, il s’agissait d’imposer la rigueur aux ministres socialistes. Puis cette référence cardinale a fait école, bien qu’elle fut dépourvue du moindre sens économique.
    (Lire la suite…)
    Source : www.latribune.fr/opinions/tribunes/20101001trib000554871/a-l-origine-du-deficit-a-3-du-pib-une-invention-100-francaise.html

 

Dettes publiques :

 

Etats-Unis :

 

Union européenne :

 

Allemagne :

 

France :

 

Grèce :

 

Royaume-Uni :

 

Irak :

 

Ukraine / Russie :

 

Solidarités & Résistances :

  • Bonnes nouvelles : (…) Se voiler la face devant cette triste réalité ne sert à rien. Mais se résigner à l’accepter non plus. La célèbre expression de Margaret Thatcher « TINA » (There Is No Alternative) est tout sauf vraie. Partout sur la planète, des alternatives sociales, économiques, démocratiques et écologiques se mettent en place. Partout dans le monde, des hommes et des femmes refusent la logique capitaliste et combattent l’injustice. Certains de ces combats mènent à des victoires.
    Le site BONNES NOUVELLES poursuit l’objectif de rendre visibles ces petites et grandes victoires qui, bien que partielles et insuffisantes, nous aident à rompre avec le fatalisme et constituent des sources d’inspiration pour nos actions individuelles et collectives.
    Source : www.bonnes-nouvelles.be

 

Livres :

  • Europe Inc. Comment les multinationales construisent l’Europe & l’économie mondiale (Agone, 2005)
    Titre original : Europe Inc. regional and global restructuring and the rise of corporate power (Pluto Press, 2000)
    (Observatoire de l’Europe industrielle (CEO), Belén Balanyá, Ann Doherty, Olivier Hoedeman, Adam Ma’anit)
  • La Guerre est un racket (Smedley D. Butler ; the Butler Family, 1935, 2003 ; Feral House, Los Angeles, 2003 ; Les Editions Maison, 2008)
    Titre original : War is a racket

 

Citations :

  • « Ce livre est dédié aux innombrables victimes dans le monde entier de l’idéologie libre-échangiste mondialiste, idéologie aussi funeste qu’erronée, et à tous ceux que n’aveugle pas quelque passion partisane. »
    (Maurice Allais, La Mondialisation. La destruction des emplois et de la croissance, 1999)
  • « Il ne peut y avoir de révolution que là où il y a conscience. » (Jean Jaurès)

  • « J’ai consacré 33 ans de ma vie… à jouer des muscles pour les grosses boîtes, Wall Street et ses banquiers. J’ai été un racketteur à la solde du capitalisme. De 1909 à 1912, j’ai contribué à nettoyer le Nicaragua pour le compte de l’institution bancaire des Brown Brothers. En 1916, j’ai combattu au Mexique, notamment à Tampico, pour défendre les intérêts pétroliers américains. En 1916, j’ai aussi été de ceux qui ont ramené l’ordre en république dominicaine pour permettre aux compagnies de mon pays de protéger leurs intérêts dans le marché du sucre. Je suis allé à Haïti et à Cuba pour aider les grosses têtes de la National City Bank à récolter des revenus décents. J’ai participé au pillage de quelques républiques d’Amérique centrale au profit de Wall Street… J’étais en Chine en 1927 pour assurer la sécurité de la Standard Oil. J’avais un racket florissant. J’ai obtenu des honneurs, des médailles, des promotions… J’en savais plus qu’Al Capone. Tout ce qu’il pouvait faire, lui, c’était racketter dans trois villes. Nous, les Marines, on travaillait sur trois continents. »
    (Smedley D. Butler, extrait d’un discours du 21 août 1931 au cours du congrès de la Légion américaine dans le Connecticut, cité par Jules Archer dans The Plot to Seize the White House, 1973.)
  • « Nous vivons dans un monde où tout le monde a peur. Peur du noir, peur de perdre son emploi, de parler, d’exprimer ses opinions, d’agir. Il est temps d’oublier nos craintes, de retrouver la force de nous unir, de nous organiser. Il est temps de retrouver la foi en soi et dans les autres. » (Oscar Olivera)
  • « Nous avons dû lutter contre les vieux ennemis de la paix, le monopole industriel et financier, la spéculation, la banque véreuse (…) Nous savons maintenant qu’il est tout aussi dangereux d’être gouverné par l’argent organisé que par le crime organisé. Ils sont unanimes dans leur haine contre moi. Et leur haine me réjouit. »
    (Franklin D. Roosevelt, Devant la foule au Madison Square, 1936)
  • « Il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu’ils ont été trompés. » (Mark Twain)
  • « L’homme qui est pessimiste à 45 ans en sait trop, celui qui est optimiste après n’en sait pas assez.  » (Mark Twain)
  • « C’est plus facile d’avoir des principes quand on est bien nourri.  » (Mark Twain)
Publicités