USA-UE (TTIP, TAFTA)

Dossiers :


Notes M&Cies
:

Accord de libre-échange USA-UE : l’Europe sous contrôle total des Etats-Unis

Depuis juin 2013, les Etats-Unis et l’Union européenne négocient – discrètement mais très activement -, un traité de « libre-échange » (TTIP, Tafta, PTCI, GMT…), sous le prétexte officiel d’hypothétiques gains de croissance économique.
Des gains très hypothétiques et très peu ambitieux en réalité, et un partenariat commercial soi-disant « gagnant-gagnant » pour toutes les parties en présence.

En bref, quelles motivations réelles se cachent derrière ce projet de « partenariat transatlantique de commerce et d’investissement » ?

Sur un plan strictement économique, ce projet de traité libéral est destiné en réalité au renforcement des intérêts et profits des firmes – en premier lieu américaines -, sur le continent européen.

Un projet d’accord de « libre-échange » qui permettrait de faire tomber – au profit des grandes compagnies agroalimentaires, militaro-industrielles et financières -, les dernières barrières qui régulent et protègent un tant soit peu encore les citoyens dans les échanges commerciaux (protections douanières…), mais également les protections sociales déjà mises à mal (droit du travail…), et l’utilisation des ressources naturelles en Europe (gaz de schiste…).

Un projet de traité qui s’inscrit plus largement dans la stratégie géopolitique menée par les Etats-Unis sur le continent eurasien (de « Lisbonne à Vladivostok »), pour maintenir son hégémonie mondiale au cours du XXIème siècle.
Une suprématie économique et politique américaine qui doit garder l’ascendant sur les puissances rivales potentielles (Russie, Chine…).

Ainsi, l’indépendance et la souveraineté des peuples européens – déjà considérablement et attaquées, minées et dégradées depuis le début de la construction de l’Union européenne (des marchés…) -, disparaîtront définitivement.
Selon les objectifs envisagés, les firmes (« investisseurs ») seraient en effet en droit d’attaquer les Etats (censés défendre les intérêts des citoyens vivants et à venir…) si des législations publiques (sociales, sanitaires, environnementales…) risquaient de nuire aux bénéfices, aux profits des actionnaire des grandes compagnies.

Car, comme l’écrivait dès 1997 (Le Grand échiquier) l’éminent et influent géostratège américain Zbigniew Brzezinski – penseur et acteur majeur de la mondialisation libérale depuis les années 1970 aux côtés de David Rockefeller -, les Etats-Unis considèrent ouvertement les pays européens comme leurs « vassaux » et l’Europe comme une « tête de pont » (soi-disant de la « démocratie ») sur le continent eurasien.

Les Etats-Unis veulent depuis longtemps imposer ce projet de traité de libre-échange USA-UE à l’opinion publique et aux dirigeants politiques soumis, en le présentant comme un projet de prospérité pour toutes les parties, de liberté.

Une « liberté économique » en réalité, avec son indice qui, depuis l’offensive néolibérale lancée au début des années 1970, s’avère cruellement et fondamentalement incompatible avec de véritables ambitions sociales et démocratiques, susceptibles d’améliorer les conditions de vie des populations.


Sites web
:


Revue de presse
:

  • International. Action Tafta/Ceta : Occupation en cours de la multinationale Cargill
    Par Confédération paysanne, le 24 septembre 2014
    Une centaine de militants de la Confédération paysanne occupe en ce moment le siège social de Cargill, première multinationale agro-alimentaire mondiale, à Saint-Germain-en-Laye. Dans deux jours, la Commission européenne et le gouvernement canadien vont signer l’accord de libre-échange avec le Canada (CETA). La mobilisation contre l’accord avec les Etats-Unis s’amplifie, et le CETA en sera la préfiguration ! Son contenu est tout aussi destructeur !
    (Lire la suite…)
    Source : www.confederationpaysanne.fr/actu.php?id=2935
  •  « TAFTA et protectionnisme »
    Par Jacques Sapir, le 29 juillet 2014
    Version “longue” de l’interview donné à Emmanuel LEVY de Marianne que je reproduits ici avec les “enrichissements” d’usage.
    – L’Europe et les Etas Unis sont en pleine négociation du TAFTA, autrement dit un traité instaurant le libre échange entre les deux zones. Le débat sur l’opportunité d’instaurer une dose de protectionnisme, dont vous êtes un partisan, est-il de fait clôt ?
    (…)
    Extrait :
    – Si rien n’est fait, le TAFTA verra le jour dans un futur proche, quelles en seront les conséquences ?
    Il y aura des conséquences immédiates, avec une destruction d’emploi relativement importante dans certains secteurs. Mais il y aura aussi des conséquences de moyen et long terme, qui se manifesteront que ce soit dans la qualité des produits consommés que dans l’autonomie des grandes sociétés. En fait, le TAFTA est un pas de plus vers la construction d’une impotence des Etats au profit des très grandes entreprises transnationales.
    (Lire la suite…)
    Source : http://russeurope.hypotheses.org/2587
  • « Les Etats européens pourront-ils dire non au traité transatlantique ? »
    Par Alexandre Coste, Marianne, le 21 juillet 2014
    Laurent Fabius a affirmé que notre pays refuserait le traité transatlantique si nos exigences, notamment en matière de respect des normes, n’étaient pas respectées. Mais un tel refus est-il seulement possible ? L’affaire semble plus compliqué que ne le laisse entendre le ministre des Affaires étrangères.
    (Lire la suite…)
    Source : www.marianne.net/Les-Etats-europeens-pourront-ils-dire-non-au-traite-transatlantique_a240189.html
  • « Traité transatlantique : quand l’Europe veut déréguler la finance mondiale »
    Par Régis Soubrouillard, Marianne, le 7 juillet 2014
    Une organisation bruxelloise anti-lobbys a obtenu un document datant de mars 2014 qui tendrait à prouver que, sous la pression du lobby bancaire, l’Union européenne pousse à inclure dans le Traité transatlantique des négociations sur la régulation financière. Une démarche qui vise surtout à permettre aux banques européennes d’intervenir aux Etats-Unis… selon les normes européennes, moins restrictives que les normes américaines depuis la crise de 2008…
    (Lire la suite…)
    Source : www.marianne.net/Traite-transatlantique-quand-l-Europe-veut-dereguler-la-finance-mondiale_a239869.html
  • « Crispations chez les promoteurs du GMT »
    Par Le Monde diplomatique, le 11 juin 2014
    Suspendre les négociations sur le grand marché transatlantique (GMT) ? L’ancien ministre de l’agriculture et député de l’Eure (Union pour un mouvement populaire, UMP) Bruno Le Maire l’envisage désormais.
    (…)
    Un revirement considérable par rapport aux déclarations du président François Hollande le 11 février dernier, lors de sa visite d’Etat à Washington, qui réclamait au contraire une accélération de la négociation : « Nous avons tout à gagner à aller vite. Sinon, nous savons bien qu’il y aura une accumulation de peurs, de menaces, de crispations. »
    Or des menaces, il y en a. Dans notre dossier de juin, nous en listions dix pour le peuple américain… et dix pour les peuples européens. Les promoteurs du GMT s’en inquiètent. Auraient-ils peur ?
    (Lire la suite…)
    Source : www.monde-diplomatique.fr/carnet/2014-06-11-crispations-gmt
  • « Le traité transatlantique menace aussi le peuple américain »
    Par Alexandre Coste, Marianne, le 10 juin 2014
    Le « Monde Diplomatique », comme l’a fait « Marianne » il y a quelques semaines, propose ce mois-ci à ses lecteurs un grand dossier sur le traité transatlantique. Parmi les points abordés, l’un s’avère très intéressant car peu évoqué dans les autres médias : les dangers que font courir aux citoyens américains ces négociations commerciales si elles aboutissent.
    (Lire la suite…)
    Source : www.marianne.net/Le-traite-transatlantique-menace-aussi-le-peuple-americain_a239429.html
  • « Traité transatlantique : qu’en pensent nos nouveaux eurodéputés ? »
    Par Alexandre Coste, Marianne, le 28 mai 2014
    Nous connaissons désormais le nom de nos nouveaux représentants au Parlement européen. C’est eux qui devront ratifier le traité transatlantique en fin de négociation. Mais que pensent-ils du traité transatlantique ? Sont-ils raccords avec leur parti qui, tous, avec plus ou moins de clarté, se sont prononcés sur les négociations en cours en vue d’un accord commercial avec les Etats-Unis ? Y-a-t-il des courageux dans leurs rangs ? Et des incohérents ?
    (Lire la suite…)
    Source : www.marianne.net/Traite-transatlantique-qu-en-pensent-nos-nouveaux-eurodeputes_a239096.html
  •  « Traité transatlantique : moins on en parle, mieux ils se portent »
    Par Jack Dion, Marianne, le 22 mai 2014
    Le traité transatlantique aurait du passer comme une lettre à la poste, rapidement expédiée. Hollande lui-même voulait « aller vite » pour éviter aux citoyens de trop s’y intéresser. Malheureusement il y a une élection ce dimanche et certains partis politiques et médias ont commencé à se pencher sur ce « machin », perturbant le plan de nos chères élites.
    (Lire la suite…)
    Source : www.marianne.net/Traite-transatlantique-moins-on-en-parle-mieux-ils-se-portent_a238930.html
  • « Traité transatlantique : le Canard se noie dans la mare »
    Par Régis Soubrouillard, Marianne, le 21 mai 2014
    Le Canard Enchaîné en avocat pas bien convaincant du traité transatlantique, on ne l’avait pas vu venir. C’est pourtant ce qu’essaye de faire ce mercredi l’hebdomadaire satirique, déployant un tourbillon d’arguments contradictoires et fumeux basés sur les éléments de langage de la Commission européenne. D’autant plus étonnant qu’il y a deux mois, le journal dénonçait les dangers du même traité. Apparemment, Le Canard patauge dans l’Atlantique.
    (Lire la suite…)
    Source : www.marianne.net/Traite-transatlantique-le-Canard-se-noie-dans-la-mare_a238926.html
  • « Un piège transatlantique »
    Par Serge Halimi, Monde diplomatique, mars 2014
    On peut parier qu’il sera beaucoup moins question de ce sujet lors des prochaines élections européennes que du nombre d’expulsions d’immigrés clandestins ou de l’enseignement (prétendu) de la « théorie du genre » à l’école. De quoi s’agit-il ? De l’accord de partenariat transatlantique (APT), qui va concerner huit cents millions d’habitants à fort pouvoir d’achat et presque la moitié de la richesse mondiale (1). La Commission européenne négocie ce traité de libre-échange avec Washington au nom des vingt-huit Etats de l’Union ; le Parlement européen qui sera élu en mai devra le ratifier. Rien n’est encore joué, mais, le 11 février dernier, lors de sa visite d’Etat à Washington, le président français François Hollande a proposé de hâter le pas : « Nous avons tout à gagner à aller vite. Sinon, nous savons bien qu’il y aura une accumulation de peurs, de menaces, de crispations. »
    (Lire la suite…)
    Source : www.monde-diplomatique.fr/2014/03/HALIMI/50200
  • « Le TTIP : la pire menace pour les peuples d’Europe (I) »
    « France, L’Europe telle qu’elle se fait »
    Par Raoul-Marc Jennar, le 16 juin 2013
    TTIP, voilà un sigle nouveau auquel chacun doit se familiariser. Ce 14 juin, les gouvernements des 27 Etats membres de l’Union européenne (UE) ont donné mandat à la Commission européenne pour négocier avec le gouvernement des USA la création d’un marché commun transatlantique. Ce projet s’appelle, en anglais bien entendu, TTIP : Transatlantic Trade and Investment Partnership. En français, on parlera d’un partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement. Un décodage s’impose. De quoi s’agit-il ? Dans cette première partie, je vais m’efforcer de rendre public et lisible le texte du mandat. Dans une seconde partie, je fournirai des indications sur les dangers qu’il contient.
    (Lire la suite…)
    Source : www.jennar.fr/?p=3029